10 millions d’euros supplémentaires pour les radars ?

Un rapport du sénateur Vincent Delahaye pointe la dégradation constante de la sécurité routière, depuis le point bas historique de 2013. Et préconise de mettre l’accent sur les radars.

567
radar automatique

Pour la première fois depuis 35 ans, note le sénateur (UDI), la France a connu deux années consécutives de hausse de la mortalité routière : en 2015, 3 616 personnes ont été tuées, soit 59 décès de plus par rapport à 2014 (3 527) ; 2016, avec un bilan provisoire de 2 558 personnes tuées, soit une hausse de + 3,1 % par rapport à la même période en 2015, ne laisse pas présager d’inversion de la tendance.

Un constat qui fait « douter de l’efficacité de notre politique de sécurité routière », pointe le sénateur. Dans la loi de finance 2017, à l’article 21, ce dernier propose de relever de 409 à 419 millions d’euros la part du montant des amendes récoltées, qui est reversée au Compte d’affectation spécial « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers ». Une augmentation de 10 millions d’euros qui serait affectée au « contrôle automatisé ». Cette somme permettrait notamment « de mener à bien la politique de développement des radars : contrôle sur les zones où les accidents sont fréquents, ceux où la vitesse est peu contrôlée », précise la proposition de loi.

L’ensemble des recettes des contrôles automatisés – par les dispositifs automatiques, les forces de l’ordre ainsi que les majorations d’amendes – représenterait en 2017 « 1,378 milliard d’euros, soit 0,0031 % du budget général de l’État », précise le sénateur.

PARTAGER SUR