2006 : une année d’ouverture pour les ventes aux sociétés ?

Philippe Peyrard, Directeur des ventes aux entreprises de GM, analyse les éléments significatifs de l'année 2006 quant aux ventes aux sociétés.

- Magazine N°126
489

Inflexion pour des finitions plus élevées

« En matière de TVS, on a noté peu d’évolution sur le premier semestre 2006 ; le second a marqué une nette inflexion avec des choix se portant sur des moteurs bien placés en matière d’émissions de CO2 et des finitions plus élevées. D’une manière générale, nous étions bien situés en émission de CO2 sauf pour le Zafira. Une évolution usine a permis de remettre ce dernier en ligne sur le dernier trimestre 2006. Aucune baisse de tarifs n’a été pratiquée. »

Des produits bien situés au plan des émissions CO2

« En matière de TVS, les clients ont perçus rapidement les impacts, positifs et négatifs de la nouvelle législation fiscale et nous avons réalisé un profond travail avec nos usines pour ajuster nos offres et mieux répondre aux attentes de nos clients. A ce jour, pour l’ensemble des marques du Groupe Volkswagen France, nos offres produits sont très bien situées sur le plan des émissions de CO2 et ceci n’est qu’un début. »

Plus de 10 % de pénétration en 2007 !

« L’organisation des ventes aux entreprises a été revue puisque quatre postes de responsables régionaux ont été créés. Leur mission sera d’accroître l’activité commerciale auprès des entreprises et d’animer le réseau de la marque auprès de cette clientèle. Avec cette nouvelle organisation, Nissan veut augmenter sa pénétration de 10 % cette année auprès des entreprises. En 2006, la marque n’a commercialisé hors loueurs que 11 000 véhicules auprès des sociétés. »

Les loueurs se tournent vers des marques étrangères

« Compte tenu des pressions sur le marché VO, les loueurs se sont tournés vers des marques étrangères afin de varier leurs achats et répartir les risques. L’argument « acheter français » a perdu aussi de sa valeur compte tenu de l’internationalisation des deux côtés de la barrière : côté constructeurs avec la délocalisation des usines par exemple ; et côté clients sociétés avec la consolidation des achats au niveau européen. »