2009 : les véhicules diesel les plus économiques

2009 : les véhicules diesel les plus économiques

"Toujours plus propre!" Telle est la devise du véhicule diesel en entreprise ajourd'hui. Et 2009 viendra encore confirmer cette antienne, fiscalité publique et crise économique aidant... Les constructeurs ont tous suivi cet "appel d'air", à commencer par BMW ou Peugeot-Citroën et Renault, et après quelques retards à l'allumage pour certains dont le N°1 mondial Toyota ou encore le suédois Volvo, l'offre des constructeurs généralistes ou spécialistes s'est considérablement étoffée de modèles et versions aux vertus environnementales avérées.

493

La fiscalité de l’automobile en entreprise ou l’utilisation professionnelle des véhicules particuliers étant maintenant « stable et claire », le gestionnaire de parc peut plus aisément faire ses choix d’investissements en se concentrant sur trois points essentiels : le prix d’achat, les coûts d’utilisation (consommation et entretien) et la valeur résiduelle. Notre panorama porte donc sur l’offre des constructeurs en VP, hors VS, VUL et VP dérivés de VU bien sûr, avec une limite haute qui est double. Tout d’abord, nous traitons des segments des petites urbaines (B1), des polyvalentes citadines (B2), des compactes (M1) et des familiales (M2), en excluant le haut de gamme (M2S, H1, H2 et S). Ensuite, nous avons fixé les limites en CO2 des véhicules entrant dans ce panorama en trois grandes catégories (sauf exception) : 160g/km maxi (pas de malus) pour le M2, 140g/km pour le M1 (seuil de doublement de la TVS de 5 € entre 121g et 140g à 10 € de 141g à 160g) et 120g/km pour le B1/B2. Un panorama qui n’est donc pas exhaustif mais qui met en lumière les « stars » de chaque segment et les challenges qui pourraient sortir prochainement de l’ombre.

2009 : les véhicules diesel les plus économiques

PARTAGER SUR