2010 : l’année de la reprise pour les véhicules utilitaires légers ?

2010 : l’année de la reprise pour les véhicules utilitaires légers ?

Le marché des utilitaires légers a enregistré, en 2009, une baisse des immatriculations des véhicules neufs de 18,7 %. Si le début de l’année 2010 affiche de meilleurs résultats, la plupart des responsables des constructeurs restent prudents et envisagent une légère reprise, d’environ + 5 % pour 2010.

- Magazine N°158
625
2010 : l’année de la reprise pour les véhicules utilitaires légers ?

Après une année 2009 morose, la prudence reste de mise malgré un regain des immatriculations au premier trimestre 2010. La reprise économique n’est pas encore suffisamment marquée pour espérer une forte reprise du marché des véhicules utilitaires en 2010. Car les VUL sont avant tout des outils de production dont l’utilisation et le renouvellement sont directement liés au niveau d’activité des entreprises. Pourtant, de nombreux signaux semblent favorables : après une diminution des prises de commandes sur janvier et février, le mois de mars permet d’espérer une amélioration sur le reste de l’année avec une hausse des immatriculations mais aussi des commandes. La progression du marché atteint donc 8,2 % à fin mars, contre 3,4 % à fin février.

 

Une offre renouvelée

 

L’arrivée sur le marché de très nombreuses nouveautés (Fiat Doblò, Renault Master, Opel Movano, Renault Kangoo rallongé et Trafic amélioré) n’est certainement pas étrangère à cette reprise. L’année 2010 devrait donc profiter de l’arrivée de ces nouveaux modèles sur le premier trimestre, mais aussi de l’apparition des Mercedes Vito et Volkswagen Caddy et Amarok au second semestre. Les constructeurs restent cependant prudents, le niveau d’achat des entreprises en matière de VUL étant nettement plus corrélé avec le niveau d’activité qu’avec l’apparition de nouveaux modèles, même si ces derniers devraient permettre de maintenir le contact avec les clients pour les réseaux des marques concernées.

 

Christophe Bergerand, directeur de Peugeot France, estime que « le marché des utilitaires en 2010 devrait enregistrer une hausse d’environ 5 %, soit entre 390 000 et 400 000 unités. Ce marché n’est pas encore reparti et nous restons prudents dans notre prévision compte tenu d’un contexte économique toujours difficile ». La marque au Lion compte aussi sur le développement de ses ventes aux entreprises via Peugeot Partenaires Entreprises ainsi que le développement des ventes des solutions carrossées clés en main du programme Utility Peugeot. Le but est de proposer des solutions (isothermes, bennes, grands volumes…) de façon totalement transparente pour le client qui n’a plus qu’un seul interlocuteur : le vendeur Peugeot.

 

Bernard Cambier, directeur commercial France de Renault, espère quant à lui que le marché des utilitaires progressera « de 5 à 7 % malgré une baisse des commandes d’environ 8 % en février. Je reste optimiste et ne pense pas que le marché puisse encore baisser cette année. » Un point de vue que complète Jean-Christophe Kugler, directeur de la DVU (Division Véhicules Utilitaires) du Losange : « Nous avons effectué un bon premier trimestre. Sur de telles bases, le marché VUL devrait progresser d’au moins 5 %, peut-être 10 % sur l’année en fonction du niveau de la reprise économique pour arriver un peu en dessous des 400 000 immatriculations, voitures de société incluses. Cela étant, nous restons prudents, cette reprise pouvant se faire avec des soubresauts. Nous continuons donc à jouer au maximum la carte de la flexibilité ».

 

Renault compte naturellement sur ses nouveaux modèles (Master, Kangoo Maxi et Trafic phase 3) ainsi que sur la puissance de son réseau pour parvenir à maintenir son leadership. « Nous disposons d’une gamme allant désormais de 2 à 22 m3 et répondant aux attentes actuelles des clients. En outre, les premiers indicateurs économiques positifs, comme l’activité des entreprises du BTP ou le niveau de crédits octroyés par les établissements financiers aux entreprises pour l’achat de matériel, ont été enregistrés. De quoi présager d’un avenir meilleur ». Un avenir qui passera, pour Renault, par l’usine de Maubeuge où sera produit le Kangoo électrique prévu pour le premier semestre 2011 ainsi que le futur VUL en association avec Daimler qui devrait représenter une activité supplémentaire pour l’usine française d’ici 2012.

 

Le troisième constructeur français n’est pas en reste : Citroën est parvenu à ravir la 2nde place du marché des utilitaires au premier trimestre avec une progression de sa part de marché de 0,4 point. « Après une année 2009 marquée par l’attentisme des entreprises, le marché devrait repartir en 2010. Après de nombreux mois négatifs, le marché des livraisons est de nouveau positif. Dans le même temps, le parc des entreprises a vieilli ; désormais, les entreprises ont besoin d’une livraison rapide. Nous avons ainsi enregistré une hausse des commandes auprès des grands comptes en mars », affirme Arnaud de Lamothe, directeur de Citroën Business. La marque aux chevrons envisage une progression de ses performances sur le marché des véhicules utilitaires grâce à  ses modèles électriques (après les Berlingo électriques pour La Poste en partenariat avec Venturi, la version entreprise à 2 places et TVA récupérable de la C-Zéro, 100 % électrique, devrait arriver d’ici fin 2010).

 

Enfin, Arnaud de Lamothe met aussi en avant le fait que « le Business Pass, qui permet de bénéficier de 24 jours de location d’une monospace ou d’une berline par an, est aussi accessible pour les acquéreurs de VU, ce qui permet d’abaisser de façon substantielle le TCO des entreprises.»

 

Attirer de nouveaux Clients

 

Pour Patrice Bergonzi, directeur de Fiat Professional France : « En début d’année, nous pensions que le marché de l’année 2010 serait identique à celui de 2009 même s’il faut reconnaître que l’année dernière n’a pas été si catastrophique que cela pour nous, au contraire, nous avons progressé de 0,8 points en part de marché. Au premier trimestre, les prises de commandes sont encore difficiles même si les ventes du nouveau Doblò sont en phase avec nos prévisions. Les clients sont davantage à l’affût des conditions que par le passé. Cela étant, les grands comptes émettent beaucoup d’appel d’offres pour renouveler leur parc d’utilitaires. Dans ce marché en évolution, nous espérons afficher une progression grâce aux bons résultats du Ducato mais aussi grâce au nouveau Doblò, notamment dans sa nouvelle version plancher cabine disponible en deux longueurs et qui intéresse énormément les carrossiers. »

 

Luc Chausson, directeur de Volkswagen Utilitaires France explique que « structurellement, le marché ne repart pas. Les entreprises attendent encore pour décider de réinvestir. La reprise n’aura lieu que lorsque la confiance ou la croissance économique seront de retour. Les anciens VUL devront bien être remplacés un jour ou l’autre. » Philippe Peyrard, directeur ventes aux entreprises et véhicules utilitaires d’Opel France estime que « le marché est toujours sur le même rythme qu’à la fin du second semestre 2009. Nous espérons une reprise au second semestre permettant d’atteindre les 395 000 immatriculations. Avec l’arrivée du nouveau Movano, nous pensons pouvoir reprendre quelques parts de marché, la version propulsion étant inedite pour la marque et permettant d’attirer de nouveaux clients ».

 

Enfin, après une année forte en lancement en 2009, Iveco ne dispose pas de nouveauté en 2010. Son directeur commercial, Thierry Kilidjian, voit dans le marché actuel « un signe de légère reprise de l’économie, les commandes actuelles étant destinées aux clients finaux utilisateurs ».

2010 : l’année de la reprise pour les véhicules utilitaires légers ?

PARTAGER SUR