Publi-Communiqué

3. Pneus hiver : raisonner en coût complet

On le dit souvent, la sécurité a un prix. Avec les pneus hiver, on parle d’une différence moyenne de 20 % en plus par rapport aux pneus été, en fonction des dimensions et des manufacturiers. Point positif, au-delà de l’immobilisation d’un capital plus important : les pneus été ne s’usent pas lorsque vos voitures utilisent des enveloppes hiver.

755
3. Pneus hiver : raisonner en coût complet

Bien entendu, il faut prendre en considération les coûts de montage et démontage (deux fois par an). Sans oublier non plus l’achat de jantes supplémentaires qui peut s’amortir dès la deuxième année si vous les choisissez en tôle plutôt qu’en alliage. Mais dans ce second cas, attention à la compatibilité des jantes lors du renouvellement des véhicules.

Par ailleurs, la loi autorise, et les professionnels du pneu conseillent, de monter des pneus hiver dans une dimension inférieure d’un cran à celle des pneus été, par exemple du 195x65R15 91 H pour une voiture équipée en pneus été de 205x55R16 91 V. C’est d’une part moins onéreux et d’autre part plus sécurisant. En effet, les bandes de roulement larges s’accommodent mal des sols humides, alors que les plus étroites exercent une pression au cm2 plus forte sur le sol.

Économie à éviter à tout prix : monter des pneus hiver uniquement sur le train roulant « moteur ». Cela créerait un déséquilibre d’adhérence entre avant et arrière, qui pourrait être fatal au meilleur des conducteurs. Si le pneumatique hiver a un surcoût, la baisse de l’accidentologie le compense largement. Au final, l’opération vaut le coup/coût.

PARTAGER SUR