80 % de véhicules connectés d’ici 2020

Deux cabinets d’étude, BearingPoint et Pierre Audoin Consultants, se sont penchés sur le potentiel du marché du véhicule connecté pour l’industrie automobile. 

444
80 % de véhicules connectés d’ici 2020

Résultat, l’enquête réalisée auprès de 250 directeurs généraux d’entreprises européennes du secteur auto employant plus de 50 personnes, révèle que 80 % des nouveaux véhicules seront connectés d’ici 2020.

Dans le détail, trois constructeurs sur quatre estiment que le véhicule connecté constituera un levier stratégique sur le long terme. 14 % des répondants commencent d’ailleurs à prendre en compte la problématique du véhicule connecté dans leur plan de R&D, 30 % dans le design et la réalisation de leur véhicule et 11 % testent des offres destinées aux véhicules connectés. Dans le top trois des offres de service plébiscitées, l’information météorologique (69 %), les actualités (61 %) et les services de navigation (52 %).

Si, selon les deux cabinets, le marché des véhicules connectés a d’ores et déjà atteint une première phase de maturité grâce à l’émergence de solutions telles que les services d’infodivertissement, une deuxième génération de services, portant notamment sur la sécurité et l’aide à la conduite, est attendue par les consommateurs. Selon 21 % des sondés, la prochaine génération de véhicules connectés sera à même de proposer des offres d’aide à la conduite ; 14 % penchent pour des services de sécurité.

D’où la conclusion suivante : les services connectés représenteront bien à moyen terme l’un des principaux leviers de croissance pour l’industrie automobile mondiale. « Selon l’étude, en ce qui concerne la prochaine phase de maturité, le principal défi est de créer de nouveaux modèles économiques regroupant plusieurs services connectés afin d’offrir une expérience client globale. » Un développement qui passe par un travail entre les constructeurs, équipementiers et plus largement avec les acteurs technologiques. Avec un objectif : produire et regrouper leurs services, les conditionner, les vendre et les activer dans les véhicules via des plates-formes de gestion de services numérique globales.

« Le véhicule connecté sera non seulement synonyme d’une concurrence tant en matière de produits que de services, mais va aussi favoriser un écosystème collaboratif pour offrir la meilleure expérience client en toute transparence », conclut l’étude.