À chacun sa vision et son écolabel

L’écolabel relève de l’auto-déclaration et non d’une certification, sans autre cadre réglementaire que celui que se fixe le constructeur. Ainsi, chacun place le curseur où il veut. Chez les grands communicants, la comparaison avec la boîte à outils est à la mode. Disons alors que chaque marque a le libre choix des outils qu’elle glisse dans sa boîte afin de donner naissance ou alimenter un écolabel.

- Magazine N°190
527

Bien sûr, les choses ne sont pas figées. Le contenu des écolabels varie au rythme des évolutions technologiques. La raison première de l’existence des écolabels est de mettre en lumière les avancées significatives dans la réduction des émissions, de toutes natures, et ce afin de valoriser cet engagement. Doit-on alors les considérer comme de simples arguments marketing ? Sûrement pas ! Sans être les garants d’une virginité absolue, ils témoignent des efforts consentis et, à ce titre, constituent des indicateurs plutôt fiables.

Mais on peut faire preuve d’une conduite exemplaire sans afficher le moindre écolabel. Pour preuve, les...

PARTAGER SUR