Mortalité routière : le bilan 2020 des accidents liés au travail

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr) a publié le bilan définitif de l’accidentalité routière en France en 2020, et notamment celui des accidents liés au travail.
14719
Mortalité routière

Le rapport confirme les données provisoires communiquées en février 2021. « 2 780 personnes sont décédées en 2020 sur les routes de France, en métropole ou en outre-mer, résume l’Onisr. Ce chiffre, inférieur de 21 % à celui de 2019, est historiquement bas. Cette évolution s’explique en grande partie par les effets de l’épidémie mondiale de la covid-19. Le nombre d’accidents baisse de 19 % et le nombre de blessés de 20 %. »

356 personnes tuées au cours d’un déplacement lié au travail

L’observatoire a également publié des données concernant les accidents liés au travail. « En 2020, 16 900 accidents, soit 38 % des accidents, ont impliqué un usager en trajet domicile-travail ou trajet professionnel, indique-t-il. 878 personnes ont été tuées dans ces accidents, soit 35 % de la mortalité routière totale. » Parmi ces victimes, 356 personnes effectuaient un déplacement lié au travail, soit 14 % de la mortalité routière totale et 18 % de la mortalité où le motif de déplacement est renseigné.

Sans surprise, « les décès dans un trajet lié au travail interviennent plus souvent en jours ouvrés », observe l’Onisr. Autre constat : les personnes blessées et tuées sont majoritairement des hommes, et ce « alors qu’ils ne représentent que les trois quarts des emplois des secteurs transports et entreposage (qui intègrent de nombreux conducteurs professionnels) et 52 % de la population active », pointe l’Onisr. Enfin, « l’alcool semble moins présent dans les accidents liés au travail que dans l’ensemble des accidents, indique l’observatoire. Il est toutefois possible que le trajet retour du travail, s’il n’est pas direct, ne soit plus enregistré comme un trajet domicile-travail, sous-estimant alors le facteur alcool. »

Au total, le risque routier est à l’origine de 4,3 millions de journées d’arrêt de travail chaque année et les victimes d’accidents de la route en lien avec le travail ont en moyenne 79 jours d’arrêt.

L’accidentalité liée aux trajets professionnels en détail

L’Onisr a détaillé précisément les chiffres de l’accidentalité routière selon le type de trajet. Ainsi, 91 personnes ont été tuées en 2020 lors d’un trajet professionnel, soit 5 % de la mortalité où le motif de déplacement est renseigné et une baisse de 18 % comparé à 2019. Comme pour les trajets domicile-travail, les décès ont surtout lieu en jours ouvrés, dans 96 % des cas, mais cette fois tout le long de la journée.

Par catégorie d’usagers, la moitié des tués conduisaient un véhicule utilitaire : 28 un poids lourd et 15 un VUL. Par ailleurs, « La part des décès sur autoroute est beaucoup plus élevée lors des trajets professionnels (27 %) que lors des autres types de trajets (6 %), pointe l’Onisr. Parmi les 25 personnes tuées sur autoroute lors d’un trajet professionnel, 12 circulaient en poids lourd. »

Par catégorie d’âge, « lors des trajets professionnels, la moitié des personnes tuées (48 sur 91) a 45 ans ou plus, alors que cette classe d’âge représente 43 % de la population active », constate l’Onisr. À noter également que les hommes ont représenté 92 % des tués et 84 % des blessés ; et seuls 1 % des conducteurs avaient un taux d’alcoolémie supérieur à 0,5 g/l.

Et l’accidentalité domicile-travail ?

En parallèle, 265 personnes ont été tuées lors d’un trajet domicile-travail, ce qui représente 13 % de la mortalité où le motif de déplacement est renseigné. Ce chiffre est en baisse de 10,2 % par rapport à 2019, soit moins que la mortalité globale (- 21,7 %).

Précisons que 90 % des décès lors d’un trajet domicile-travail sont survenus en jours ouvrés, principalement durant les heures de pointe du matin et du soir.

Par catégorie d’usagers, 48 % des personnes décédées lors d’un trajet domicile-travail conduisaient un véhicule de tourisme et 37 % un deux-roues motorisé. « Les deux-roues motorisés représentent une part importante de la mortalité dans les trajets domicile-travail, signale en effet l’Onisr : 49 % en agglomération avec 30 personnes tuées et 30 % hors agglomération avec 61 personnes tuées, alors que ce mode n’est utilisé que dans 2 % des trajets domicile-travail. » Inversement, « bien que les transports en commun (dont le train) représentent 15 % des trajets domicile-travail, aucun usager n’a été tué en 2020 lors de ces trajets », complète l’observatoire.

Hors agglomération (autoroutes incluses), 62 % des personnes tuées lors d’un trajet domicile-travail conduisaient un VP ou un VUL (127 personnes). En agglomération, les piétons et les cyclistes ont représenté respectivement 10 % et 25 % des personnes tuées.

Par catégorie d’âge, les 15-24 ans ont représenté 21 % des tués lors d’un trajet domicile-travail, et ce « alors que leur part dans la population active est de 10 % », signale l’Onisr. Les hommes ont représenté 80 % des tués et 68 % des blessés. Enfin, seuls 3 % des conducteurs avaient un taux d’alcoolémie supérieur à 0,5 g/l.

Dans le contexte de la pandémie de covid-19, « le recours au télétravail laisse imaginer une baisse progressive du nombre de déplacements domicile-travail réalisés principalement en véhicule de tourisme, anticipe l’Onisr. Néanmoins, le plus large choix offert aux salariés par le télétravail quant à la localisation de leur habitat peut conduire à un accroissement des distances domicile-travail. »