Le flash actu

Le flash actu

Mobilease se lance dans le conseil pour les flottes automobiles

TPE-PME
Un nouveau cabinet de conseil indépendant se lance sur le marché des flottes automobiles. Baptisé Mobilease, il vise principalement les professionnels indépendants et les TPE-PME dès un véhicule en parc, et offre des conseils pour l’optimisation des coûts et le développement de l’éco-mobilité. Le cabinet propose ainsi des services d’audit et d’appel d’offres, mais aussi de courtage en financement multimarques et multiloueurs.

EDP trace les remorques pour contrôler les pneus

EDP remorques
2 100 000 pneus méconnus. Spécialiste de la gestion informatisée des pneus poids lourds, Electronic Data Process (EDP) sait que les semi-remorques et les remorques affichent rarement le même nombre de kilomètres que leurs tracteurs, certaines changeant régulièrement de tracteurs ou connaissant des phases de repos. La gestion des pneus des 350 000 remorques et semi-remorques de France contient donc une grande part d’extrapolation. Pour rompre avec cette imprécision, EDP a conçu Trailer Tracking, une balise GPS qui se fixe sur le toit des remorques et dont la batterie solaire assure l’autonomie à vie. Se rechargeant en six heures pour une activité continue supérieure à 24 heures, Trailer Tracking suit les déplacements de la remorque grâce au signal qu’elle émet. En se connectant sur l’interface EDP, le gestionnaire peut quantifier le kilométrage réel effectué par la remorque, calculer « sa rentabilité et mieux gérer et anticiper le remplacement des pneus », assure Jean-Luc Giusti, directeur général d’EDP. Trailer Track est commercialisé au prix moyen de 250 euros hors taxes.

Allègement : Audi optimise le procédé d’étanchéité de la carrosserie

Audi étanchéité
Le constructeur allemand Audi teste une nouvelle méthode pour étanchéifier les carrosseries de ses modèles de série dans son atelier de peinture de Györ, en Hongrie. En pratique, des opérateurs définissent la quantité optimale de matériau à appliquer en largeur et en épaisseur pour rendre étanches des zones comme les joints de soudure. Puis, un robot dépose le matériau sous forme de gouttelettes ultrafines et uniformes. « Grâce à la précision de l'opération, presque aucun matériau d'étanchéité n'est gaspillé, affirme Audi. De plus, puisque moins de matériau est utilisé, le poids total du véhicule est réduit de plusieurs kilogrammes et chaque kilogramme économisé améliore la dynamique du véhicule et réduit les émissions de carbone. » Le système doit également diminuer la pénibilité de la tâche, certaines zones à étanchéifier étant difficiles d’accès pour un être humain. Ce procédé est actuellement expérimenté par Audi avec son partenaire de développement, l’industriel suédois Atlas Copco, pour l’obturation des découpes des feux arrière. « Une demande de brevet a été déposée et la méthode devrait être déployée dans d'autres sites Audi », annonce d’ores et déjà le constructeur.

En Europe, les flottes françaises moins équipées en télématique

flottes françaises télématique
Le prestataire de télématique embarquée Locster a réalisé une étude sur l’utilisation de la télématique embarquée dans les entreprises dans dix pays européens*, soit 80 % du marché du secteur. Il apparaît que la France, avec 15 % des flottes équipées, se situe légèrement en dessous de la moyenne européenne établie à 15,3 %. En France, ce sont les entreprises du secteur du BTP, effectuant des installations techniques, et celles de location de véhicules et engins qui recourent le plus à la télématique embarquée. Ce dispositif équipe par ordre d’importance : les véhicules légers utilitaires, les engins de BTP et les poids lourds. Les entreprises françaises l’utilisent prioritairement pour améliorer le suivi des missions et leur organisation, puis pour le contrôle des dépenses : consommation, maintenance et enfin la lutte contre le vol. * Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie et Royaume-Uni

Rubberway : une appli pour améliorer la traçabilité de la filière du caoutchouc

Rubberway
Le pneumaticien Michelin vient d’annoncer la création d’une entreprise commune avec son concurrent Continental et avec l’éditeur de logiciels SMAG. Celle-ci aura pour objectif de développer et déployer Rubberway, une application mobile de « cartographie des pratiques de la chaîne d’approvisionnement du caoutchouc naturel ». En effet, celle-ci « compte environ 6 millions d'agriculteurs, 100 000 intermédiaires et plus de 500 usines de transformation », indiquent les partenaires du projet. L’application, créée par Michelin et SMAG à destination des fabricants de pneumatiques, est opérationnelle depuis 2017. « Sa mise en œuvre a commencé dans les principaux pays producteurs : Thaïlande, Indonésie, Côte d’Ivoire, Nigéria, Ghana, Brésil », précisent les trois acteurs. Elle doit permettre d’améliorer la durabilité de la filière, en conformité avec les objectifs fixés par la plate-forme GPSNR (Global Platform for Sustainable Natural Rubber). Les activités de la co-entreprise devraient débuter d’ici fin 2019 sous réserve de l’approbation des autorités de concurrence.

Vodafone s’associe au télématicien Geotab

Vodafone Geotab
L’opérateur de télécoms Vodafone, via sa branche spécialisée dans l’internet des objets Vodafone Business, annonce son association avec le prestataire de télématique Geotab autour du projet Vodafone Business Fleet Analytics. Avec cet accord, Vodafone prévoit de mettre ses capacités de connectivité au service de la plate-forme de gestion de flotte de Geotab. « Geotab bénéficiera également du savoir-faire de Vodafone Automotive dans la fabrication d’équipements télématiques », indique le communiqué de presse de cette annonce. Le projet de Vodafone Business Fleet Analytics est notamment de développer une solution pour la location des voitures de flottes d’entreprises aux professionnels et particuliers.

Verizon Connect lance une solution anti-démarrage

verizon connect anti-demarrage
Le télématicien Verizon Connect propose désormais une fonctionnalité anti-démarrage permettant d’empêcher à distance l’utilisation non autorisée des véhicules par les salariés ou suite à un vol. En pratique, un relais est connecté entre le boîtier de géolocalisation du véhicule et le démarreur. Ainsi, lorsqu’une demande d’immobilisation est effectuée depuis la plate-forme en ligne Reveal du télématicien, le boîtier de géolocalisation peut bloquer l’alimentation du démarreur par l’intermédiaire du relais. Si la demande est envoyée alors que le véhicule est encore en mouvement, celui-ci ne sera immobilisé qu’une fois à l’arrêt, avec le contact coupé. Il est ensuite possible de consulter le statut et l’histoire des demandes d’immobilisation depuis la plate-forme. Le système fonctionne sur des véhicules équipés d’un système anti-démarrage de série ou ajouté en seconde monte. À noter toutefois qu’il ne peut pas être installé sur des véhicules électriques ou hybrides, ni sur des actifs tels que les générateurs.

Des véhicules verts à la location chez Europcar

véhicules verts Europcar

Dans le cadre de son engagement environnemental, le loueur Europcar, qui proposait déjà une centaine de véhicules hybrides à la location, enrichit son offre de modèles verts avec des voitures de tourisme et des utilitaires électriques : Renault Zoé, Kia e-Niro, Nissan Leaf, Nissan eNV200 de 4,3 m3, mais aussi un modèle de camion au gaz naturel, l’Iveco Daily de 12 m3. Le loueur projette également la possibilité d’une offre de VU hybrides dès 2020. Cette offre est aussi motivée par la demande de la clientèle, notamment celle des entreprises exerçant dans les centres des principales métropoles françaises, justifie-t-on chez Europcar.

Kia rejoint le réseau de recharge rapide Ionity

Kia Ionity
Le groupe Kia figure désormais aux côtés de BMW Group, Daimler AG, Ford Motor Company et Volkswagen Group, dans le projet de réseau de bornes rapides Ionity. Lancé en 2017, ce réseau de recharge est destiné aux véhicules fonctionnant sous 800 volts, auxquels Ionity propose une puissance de charge de 350 kW. Le groupe Kia compte mettre à profit cette capacité au service de ses modèles électriques des marques Kia et Hyundai, qui sortiront de ses usines dès 2021. Ionity compte actuellement 140 stations de charge en Europe. 50 autres sont en construction et le consortium vise un réseau de 400 stations à l’horizon 2020. Un chiffre qui devrait permettre de proposer une station au moins tous les 120 km le long des principales autoroutes européennes. La précédente brève sur le réseau Ionity

Tomtom Telematics devient Webfleet Solutions

TomTom Telematics Bridgestone
Racheté en avril dernier par Bridgestone Europe, le spécialiste de la télématique embarquée TomTom Telematics vient d’être rebaptisé Webfleet Solution. « Le nom est inspiré de la plate-forme Webfleet qui propose des données télématiques depuis 20 ans », explique Bridgestone. Cette nouvelle identité de marque reflète un double objectif : celui d’élargir la gamme de « solutions dédiées à la gestion des flottes et à la mobilité digitale » et de se positionner à l’échelle mondiale. « À l’heure où émergent de nouveaux univers de mobilité connectée et autonome, Bridgestone et Webfleet Solutions entendent offrir à leurs clients tous les avantages de ces innovations », a déclaré Paolo Ferrari, P-DG de Bridgestone EMEA. À noter que Webfleet Solution équipe actuellement 1,2 million de véhicules dans la région EMEA.

La Conduite Préventive se met aux cycles et trottinettes

La Conduite Préventive
Face à l’usage croissant des véhicules de mobilité douce : vélos, VAE ou trottinettes, la structure de prévention du risque routier, La conduite Préventive, a élaboré des formations pour les entreprises. Ces cursus couvrent aussi bien le conseil aux décideurs sur l’usage de ces nouveaux moyens de mobilité par les salariés (accidentologie, coût, etc.), que des sessions destinées aux utilisateurs. Pour ces derniers, La conduite Préventive propose le rappel des règles du Code de la route adaptées à ces différents véhicules, des ateliers sur les bonnes pratiques, la mécanique et les éléments de sécurité, ainsi qu’une formation à la conduite sur un parcours spécifique.

Une flotte de véhicules Enedis aménagée par EDSVI et Chambrelan

enedis edsvi
Enedis, notamment gestionnaire du réseau électrique du Havre, a retenu un prototype de véhicule préparé par EDSVI et Chambrelan, deux sociétés havraises qui ont engagé un partenariat dans le domaine de l’aménagement de véhicules. Ce partenariat entre EDSVI, spécialisé dans l’agencement sur mesure de VU à usage professionnel, et Chambrelan, un fabricant de glissières télescopiques et de rails de guidage linéaire, a débouché sur la réalisation d’un prototype d’intérieur entièrement escamotable, et ce, grâce à un système à glissières fourni par Chambrelan. Le projet a semble-t-il convaincu Enedis : « Nous avons procédé à l’équipement d’une flotte de sept premiers véhicules », a déclaré Antoine Sangy, gérant de la société EDSVI.

Radars : plusieurs millions d’euros de pertes suite aux dégradations

radar designation
Selon des informations du Parisien confirmées par l’AFP, le coût de la dégradation des radars automatiques depuis le début du mouvement des gilets jaunes a été estimé à 360 millions d’euros par la Sécurité routière, dont 60 millions d’euros pour la réparation des appareils et 300 millions d’euros de manque à gagner en amendes. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a de son côté déclaré sur BFM que le coût des dégradations s’élevait à un peu moins de 500 millions d’euros, mais représentait surtout des « vies qui n’avaient pas été sauvées ». D’après le site de la Sécurité routière, le coût de réparation d’un radar varie entre « 500 euros pour une vitre cassée sur un radar à 200 000 euros pour le remplacement intégral d'un radar de dernière génération », un montant qui doit être financé sur le produit des recettes des amendes radars. Les recettes des amendes issues uniquement des radars automatiques se sont élevées à 1,013 milliard d’euros en 2017 – les chiffres 2018 n’ont pour l’instant pas été communiqués par la Sécurité routière. La peine encourue pour la dégradation d’un radar peut aller dans les cas les plus graves (dégradation en groupe ou par un individu masqué) jusqu’à 100 000 euros d’amende et 7 ans d’emprisonnement.

93 bus hybrides électriques-GNV pour l’opérateur de transport EBS

EBS Mercedes Citaro NGT hybride
D’ici la fin du mois d’août, l’opérateur de transport israélien Egged Bus Systems (EBS) opérera 93 bus hybrides électriques-GNV dans l’aire métropolitaine de Rotterdam-La Haye. La flotte se composera de 83 bus simple Mercedes Citaro NGT et de 10 bus articulés Citaro G NGT. Les véhicules combinent un moteur à essence alimenté au gaz naturel de 302 ch (222 kW) et 1 200 Nm avec un moteur électrique doté d’une puissance de 14 kW et d’un couple de 220 Nm. « Le moteur électrique soutient le moteur à gaz principalement lorsque le véhicule s’arrête et que la demande de puissance est élevée », indique Mercedes. Selon le constructeur, cela permettrait de réduire la consommation de carburant jusqu’à 8,5 %, et de fait les émissions de CO2, tout en réduisant les émissions sonores du véhicule lors de la traction.

FFED : cinquième boîtier de conversion au Superéthanol E-85

boîtier Flexfuel
La FlexFuel Energy Development (FFED), société spécialisée, notamment, dans les kits de conversion bioéthanol pour les véhicules essence, a reçu l’homologation par l’UTAC de son cinquième boîtier de conversion au Superéthanol-E85. Cette nouvelle homologation concerne « les véhicules essence dotés d’un moteur à injection indirecte de normes Euro 3 et Euro 4, de 8 à 14 CV », indique la FFED. Ce sont, ainsi, plus de 13 000 modèles essence, mis en circulation depuis le 1er janvier 2001, concernés par cette nouvelle homologation. La FFED précise que les boîtiers de conversion de l’entreprise couvrent désormais « 80 % du marché des véhicules essence ». Pour rappel, le premier boîtier Superéthanol-E85 a été homologué l’année dernière, avec succès, puisque plus de 5 000 boîtiers FlexFuel de conversion à l’E85 ont été installés en 2018. 1 106 stations proposent par ailleurs en France de l’E85, soit 133 stations-service disposant du Superéthanol E-85 de plus en 2018.

60 bornes électriques chez Volkswagen à Braunschweig

VW Braunschweig
Volkswagen a inauguré le 22 août un premier centre de charge destiné aux employés sur son site de Braunschweig, en Allemagne. 60 bornes d’une puissance de 11 kW et équipées de prises standards de type 2 ont été installées sur un parking en bordure du site. D’ici 2025, 4 000 bornes seront progressivement installées dans les dix sites allemands de Volkswagen. Elles seront alimentées avec 100 % d’électricité verte provenant de sources renouvelables éoliennes ou hydroélectriques. Le Groupe Volkswagen a indiqué investir 250 millions d’euros dans le déploiement de l’infrastructure de charge de ses sites européens. Outre les employés de la marque, les bornes « seront également à disposition d’autres utilisateurs de véhicules électriques », a annoncé le maire de Braunschweig. Volkswagen estime qu’à l’avenir, environ 20 % de toutes les opérations de charge pourraient avoir lieu sur le lieu de travail, d’où l’importance de pouvoir offrir des installations de recharge électrique aux salariés sur place. Volkswagen va aussi déployer, à travers sa filiale Elli (Electric Life), des solutions de charge complètes, notamment pour les salariés et les flottes de véhicules.

Audi intègre un robot industriel Stäubli

Audi et Staubli
Un centre d’usinage Stäubli est désormais utilisé dans le centre de compétences Audi pour les équipements et la technologie de fabrication. Ce centre d’usinage permet le contrôle de l’ensemble des activités de la cellule de perçage des évents des moules. Ainsi, il contribue à se passer des perceuses radiales traditionnelles et le poste devient donc complètement autonomisé. « Le robot est capable d’une excellente précision et répond aux problématiques de dimensions et poids des moules, indique le fabricant français de robots industriels. Le processus connaît ainsi un gain de temps de traitement réduit à 60 % et un gain de main-d’œuvre. »

Éthylotest anti-démarrage : le seuil d’alcoolémie abaissé à 0,10 mg/l d’air expiré

Dräger éthylotest
La possibilité de recourir à un éthylostest anti-démarrage en remplacement de la suspension du permis de conduire pour cause d’alcool au volant avait été généralisée à toute la France en mars 2019. Le ministère de l’intérieur vient de préciser le taux maximal autorisé d'alcoolémie pour les conducteurs dont le droit de conduire un véhicule est restreint à l'utilisation d'un véhicule équipé d'un éthylotest antidémarrage. Comme les conducteurs de véhicules de transports en commun et ceux titulaires d’un permis probatoire, ils ne devront pas dépasser une concentration d’alcool de 0,10 mg/l dans l’air expiré ou 0,20 g/l dans le sang, c’est-à-dire n’avoir bu aucun verre d’alcool avant de prendre le volant, sous peine d’une contravention de quatrième classe. Cette mesure a été notifiée par décret dans le Journal Officiel et s’appliquera à tous les conducteurs dont l’interdiction de conduire sans EAD aura été prononcée à compter du 1er octobre 2019.

TimoCom s’enrichit des données de Verizon Connect

TimoCom Verizon Connect
TimoCom, fournisseur de solutions logicielles pour le secteur de la logistique, a signé un partenariat avec l’éditeur de logiciels de gestion de flotte et de services de télématique embarquée Verizon Connect. TimoCom intègre désormais la plate-forme de localisation Reveal de Verizon Connect. Ainsi, les utilisateurs de TimoCom auront accès à des « informations actualisées sur la localisation de leurs véhicules, permettant ainsi d’assigner le transport des commandes aux véhicules disponibles », explique Verizon. Cette solution devrait ainsi « réduire les délais de livraison et les coûts pour les gestionnaires de flotte », affirme le télématicien. « Notre partenariat avec TimoCom permettra à ses utilisateurs de travailler plus efficacement et de réduire les coûts », a déclaré Derek Bryan, vice-président EMEA de Verizon Connect. À ce jour, Verizon Connect travaille avec TimoCom en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Pologne et au Royaume-Uni. De son côté, TimoCom travaille également avec plus de 240 autres fournisseurs de services télématiques.

La Hyundai Sonata Hybride se pare d’un « toit solaire »

Hyundai Sonata toit solaire
Le constructeur Hyundai a annoncé le lancement de sa technologie de « toit solaire » sur sa berline Sonata en version hybride, disponible en Corée du Sud, et bientôt en Amérique du Nord. Déjà fin 2018, le groupe Hyundai-Kia annonçait sa technologie de recharge solaire. Le toit se compose de panneaux photovoltaïques en silicium qui transforment l’énergie du soleil en électricité pour ensuite la stocker dans les batteries du véhicule. La recharge solaire peut fonctionner même en roulant et servir d’appoint au moteur électrique. Selon le constructeur, 6 heures de recharge solaire peuvent alimenter jusqu’à 60 % de la batterie. Hyundai estime le gain d’autonomie à 1 300 km sur une année. Si cette énergie reste pour le moment complémentaire à celle de la batterie électrique, Hyundai affirme que sa technologie permettra de « s’affranchir totalement des combustibles fossiles ». À l’avenir, le constructeur coréen a annoncé qu’il déploierait cette technologie sur des modèles de sa gamme thermique.

Véhicules électriques : TomTom joue la carte de la localisation

TomTom API VE
Le spécialiste de la géolocalisation TomTom a mis en ligne deux outils à destination des développeurs d’applications pour conducteurs de véhicules électriques. En effet, selon Anders Truelsen, directeur général de TomTom Enterprise, la mise à la route de VE « induit de nouveaux défis qui nécessitent une nouvelle génération de technologies de localisation ». TomTom a ainsi développé deux interfaces de programmation (API). La première fournit des informations sur la disponibilité des stations de charge par type de prise. La seconde, baptisée « TomTom Itinéraire », est une API de routage. Elle permet de construire un planificateur d’itinéraire capable d’estimer la quantité d’énergie nécessaire au trajet, et ce « en tenant compte des caractéristiques du véhicule et du réseau routier, ainsi que de la structure du trafic », précise TomTom.  Elle dispose en outre d’une fonctionnalité d’éco-routage qui calcule l’itinéraire le plus économe en énergie, avec des calculs de consommation de batterie. Enfin, pour des trajets longue distance, l’API propose d’optimiser le temps de trajet en comptabilisant les arrêts de recharge, afin d’afficher une heure d’arrivée estimée.

Renault et JMCG s’associent pour les VE en Chine

Renault JMCG
Renault et le groupe chinois Jiangling Motors Corporation Group (JMCG) ont annoncé le 17 juillet dernier la création d'une joint-venture basée sur le développement de l’industrie du véhicule électrique en Chine. Jiangling Motors Electric Vehicle (JMEV) est le nom de la filiale verte de JMCG créée en 2015 et qui fait l’objet, depuis juillet dernier, d’une participation de Renault à hauteur de 50 %. Ainsi, le groupe français devient actionnaire de référence de JMEV. Le capital social de la marque au losange dans le spécialiste chinois du véhicule de tourisme 100 % électrique basé à Nanchang s’élève à 1 milliard de yuans, soit environ 128,5 millions d’euros. François Provost, président de la région Chine du Groupe Renault, se réjouit des opportunités qu’offre cette coentreprise avec JMEV : « Ce partenariat avec JMCG dans le domaine des véhicules à énergie nouvelle soutiendra notre plan de croissance en Chine et nos capacités dans le domaine des véhicules électriques. »

Des systèmes d’assistance à la conduite de série chez MAN

Man TGX assistance conduite
Le constructeur Man a décidé d’intégrer en option deux systèmes d’assistance à la conduite à ses gammes TGM, TGS et TGX. Le premier, baptisé Lane Return Assist (LRA), est un assistant actif d’aide au maintien dans la voie et complète l’assistant de maintien dans la voie Lane Gard Assist (LGS). « Alors que ce dernier prévient le conducteur acoustiquement en cas de sortie de la voie, l’assistant actif d’aide au maintien dans la voie LRA intervient de manière active et reconduit le véhicule dans la zone comprise entre les marquages de la voie », explique le constructeur. Deuxième ajout : la direction active MAN Comfort Steering qui « réduit les forces de braquage et rend les manœuvres plus précises et confortables » par le biais d’un moteur électrique en fonction des situations et de la vitesse de conduite. À noter que le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop&Go sera également proposé en série par la marque sur une plus large gamme de véhicules.

La filière bus de Daimler conçoit une station de charge pour le Mercedes E-Citaro

mercedes buses e-Citaro
Daimler Buses a conçu une station de charge centralisée consacrée à son bus 100 % électrique E-Citaro dans son usine de Mannheim en Allemagne. Cette station sert à la charge de l’E-Citaro pendant la production et avant sa livraison. En outre, elle charge également le nouvel E-Citaro à pantographe, technique qui transmet le courant de la caténaire aux organes moteurs via un bras articulé. La station de charge dispose de quatre emplacements placés à une hauteur d’environ 5 m et propose toutes les technologies de charge courantes : par prise électrique de 150 kW, par charge rapide de 300 kW sur le toit de l’autobus à pantographe et par bras de contact de charge fixe avec rails de charge, appelé aussi pantographe inversé. L’ensemble de l’installation est de conception modulaire et elle peut s'agrandir en cas de besoin. À noter également que cette station servira de pôle d’information et de renseignement pour les clients et que ceux-ci pourront tester les différents dispositifs de charge en conditions réelles.

Volkswagen et Has.to.be collaborent dans les infrastructures de recharge

VW et Has.to.be
Volkswagen et le spécialiste allemand des systèmes d’exploitation pour l’électromobilité Has.to.be s’apprêtent à coopérer pour le développement de solutions de recharge. Ainsi, Elli, société du Groupe Volkswagen, va acquérir une participation minoritaire dans l’entreprise créée il y a six ans par Martin Klässner. Certaines des stations de charge du Groupe VW fonctionnent d’ores et déjà avec des logiciels Has.to.be. « Pour accélérer le développement de l’électromobilité, il est crucial de rendre la charge aussi simple et pratique que possible. Non seulement nous avons besoin d’un nombre plus important de stations de charge, mais celles-ci doivent également fonctionner en réseau de manière intelligente. Charger un véhicule électrique doit devenir aussi simple que charger son smartphone », explique Thomas Ulbrich, membre du directoire de la marque Volkswagen, en charge de l’électromobilité. « D’ici à 2025, nous avons prévu d’installer environ 36 000 points de charge en Europe », conclut-il.

Nissan et EVgo : 200 nouveaux chargeurs rapides dans le réseau états-unien

nissan EVgo
Nissan et EVgo développent un partenariat depuis 6 ans afin d’étendre le réseau public de recharge rapide pour les véhicules électriques. Ils ont ainsi annoncé début août étendre le réseau pour les conducteurs de VE aux États-Unis. Ce sont donc 200 chargeurs rapides à courant continu qui vont être installés à travers les États-Unis. Chacun de ces nouveaux chargeurs est capable de fournir 100 kW. La marque nippone se targue d’avoir installé plus de 2 000 connecteurs de recharge rapide aux États-Unis depuis 2010. Selon Nissan, 100 millions d’Américains vivraient ainsi à moins de 15 minutes d’un chargeur rapide EVgo dont une part certaine construite en partenariat avec Nissan, notamment ceux construits sur la côte est. Pour rappel, EVgo possède déjà plus de 1 200 bornes rapides réparties dans 66 métropoles sur 34 États.

Mercedes Pro Connect intègre l’éco-conduite

Mercedes Pro Connect éco-conduite
Mercedes Pro, la marque de Mercedes-Benz Vans qui regroupe les prestations et services à destination des professionnels, a étoffé sa solution de connectivité Mercedes Pro Connect. Désormais, le pack « Analyse efficiente du style de conduite » inclut un outil d’éco-conduite baptisé « Drive Style Monitor », en supplément du service de surveillance de la consommation « Eco Monitor » dont le graphisme et les fonctionnalités ont été améliorés. En pratique, « Drive Style Monitor » enregistre la consommation moyenne de carburant, les caractéristiques de traction et d’accélération, le comportement en roue libre, ainsi que le style de conduite et si ce dernier est uniforme ou non. « À l'aide de ces données de style de conduite, vous pouvez inciter vos conducteurs à adopter un style de conduite préventif et à l'optimiser ensuite par le biais de formations », argue Mercedes. En parallèle, « Eco Monitor » indique la quantité potentielle de carburant qui pourrait être économisée en adoptant un style de conduite plus vertueux, et peut afficher le nombre de « kilomètres bonus » associés. Le système émet également des alertes relatives à la pression des pneus et à la gestion de la batterie.

Bosch mise sur les écrans 3D dans les véhicules

écran 3D bosch
L’équipementier allemand Bosch a présenté un nouvel écran 3D à destination des véhicules et conçu pour faciliter la compréhension de l’information par le conducteur. Cet écran utilise une technologie dite de « 3D passive » qui génère un effet tridimensionnel sans nécessiter d’accessoire tel des lunettes 3D. « La profondeur de champ de l'écran permet au conducteur de saisir plus rapidement des informations visuelles importantes, qu’elles soient émises par un système d'assistance ou un système d’alerte aux embouteillages, affirme Steffen Berns, président de Bosch Car Multimedia. Les alertes qui semblent sortir de l’écran sont beaucoup plus évidentes et urgentes. » Autre avantage selon Bosch : « Lors du stationnement, l’image de la caméra de recul est plus réaliste, ce qui permet de détecter les obstacles plus tôt », mais aussi de mieux estimer la distance restante. Enfin, la 3D facilite la lecture des systèmes de navigatio, puisque « la profondeur spatiale permet de savoir immédiatement quel bâtiment marque le tournant suivant », argue Bosch.

Hydrogène : 8 millions de km parcourus dans le cadre du projet H2ME

Recharge hydrogène - Station de recharge en hydrogène
Le projet Hydrogène Mobilité Europe (H2ME) a annoncé avoir installé 30 stations-service hydrogène en Allemagne, en France, en Scandinavie, au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens depuis son lancement en 2015. La création de ces stations s’est accompagnée du déploiement de près de 500 véhicules électriques à pile à combustible. Au total, ces derniers ont parcouru plus de 8 millions de kilomètres depuis le début du projet, dont 5 millions en 2018. En France, H2ME a notamment contribué au développement des stations du pont de l’Alma, d’Orly et des Loges-en-Josas, implantées en région parisienne et utilisées par la flotte de taxis Hype. Financé à hauteur de 170 millions d'euros, dont 67 millions d'euros par le programme européen Horizon 2020, au travers du partenariat européen public-privé FCH JU (Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking), H2ME ambitionne d’atteindre un total de 49 stations et 1 400 VP et VUL d’ici 2022. H2ME vise aussi à confirmer la maturité technique et commerciale des véhicules, des stations-service et des techniques de production d'hydrogène. Des résultats seront ainsi communiqués le 25 octobre prochain lors d’une conférence à Hambourg.

Un partenariat entre Easytrip et Travelcar

Travelcar
L’opérateur de mobilité Easytrip – qui distribue notamment des badges de télépéage Liber-t et des cartes de paiement pour la recharge électrique Kiwhi Pass – propose désormais la location de véhicule dans 180 pays et la réservation de parking dans 62 pays. Il s’est pour cela associé à Travelcar, spécialiste de la location des voitures laissées sur les parkings d’aéroport pendant le voyage de leur propriétaire, une start-up rachetée par PSA en février 2019.

Télépéage : Bip&Go lance un badge couvrant quatre pays européens

Bip&Go
La filiale du groupe autoroutier Sanef Bip&Go, distributeur des badges de télépéage Liber-t, a lancé le 11 juillet un badge « Europe » fonctionnant en France, en Espagne, en Italie et au Portugal. La PME s’est pour cela associée à Bip&Drive pour l’accès aux réseaux espagnols et portugais et à Telepass Spa pour le réseau italien. « Nous couvrons avec ce badge Europe le paiement simplifié du péage dans les principaux pays équipés d’autoroutes à péage. Nous surveillons néanmoins l’évolution du marché dans certains autres pays européens pour anticiper les besoins futurs de nos clients », a déclaré Cyrille Pertuisot, directeur marketing de Bip&Go. Le dispositif permet également d’accéder à environ 400 parkings en France, 150 en Espagne, ainsi qu’à certains parkings et ferries en Italie. La société ambitionne d’atteindre 200 000 utilisateurs dès 2020 avec ce badge qui sera commercialisé en France mais aussi au Benelux et en Allemagne. Bip&Go proposait déjà depuis 2016 un badge France-Espagne, toujours disponible.

Une techno pour produire de l’électricité à partir de la rotation des pneus

Energy Harvester Sumitomo Rubber Industries
La société japonaise Sumitomo Rubber Industries et l’université du Kansai (Japon) ont mis au point une technologie permettant de générer de l’électricité à partir de la rotation d’un pneu. En pratique, un petit générateur d’énergie est intégré dans le pneu : celui-ci « tire parti d’un type d’électricité statique appelée "charge par friction" pour produire efficacement de l’électricité chaque fois que l’empreinte d’un pneu se déforme lors de sa rotation », explique Sumitomo Rubber, sans toutefois donner plus d’informations sur la quantité d’énergie obtenue. Cette technologie pourrait notamment servir de source d’énergie pour les capteurs utilisés dans les systèmes de surveillance de la pression des pneus (TPMS) et d’autres dispositifs automobiles. L’entreprise prévoit désormais de poursuivre son développement avec le soutien de l’agence japonaise des sciences et de la technologie.

Free2Move Rent vise les professionnels

Free2Move Rent
Free2Move, la marque du Groupe PSA dédiée aux solutions de mobilité, a lancé une activité de location courte durée en juin dernier. Baptisée Free2Move Rent, cette dernière veut s’ouvrir aux professionnels et s’imposer en tant que loueur de proximité. La marque a ainsi annoncé que « près de 20 000 véhicules particuliers et utilitaires seront disponibles en Europe dans 1 300 agences » dès fin 2019. « Les clients professionnels pourront ainsi accéder à l’ensemble des véhicules des marques Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Opel et Vauxhall », s’est-elle félicitée. Cette stratégie de développement s’appuie sur « une trentaine de partenariats nationaux et internationaux », parmi lesquels un accord avec le loueur Ucar Mobility Group en France.

Daimler déploie 19 eVito Tourer à Berlin pour BVG et Viavan

Mercedes eVito Tourer pour le service de trasnport en commun à la demande berlinois BerlKönig
Le Groupe Daimler a déployé 19 Mercedes e-Vito Tourer à Berlin, dans le cadre du service de transport en commun à la demande BerlKönig. « Ce sont les premiers eVito Tourer dans le monde à être déployés en conditions réelles d’utilisation client », indique Daimler. Le service BerlKönig est opéré depuis l’automne 2018 par la société de transports publics berlinoise BVG et par Viavan, joint-venture entre le Groupe Daimler et Via Inc. Il vise à compléter les itinéraires réguliers de BVG, tout en remplissant les véhicules de manière plus efficace. En pratique, « un algorithme regroupe plusieurs demandes de parcours allant dans la même direction, puis crée un itinéraire et enregistre les passagers dans un véhicule commun », explique Daimler. À terme, « le pourcentage de vans électriques Mercedes-Benz passera dans cette flotte de 50 % à 100 % d’ici fin 2020 », annonce le groupe. En effet, ce dernier prévoit que toutes les villes où opère Viavan – soit actuellement Amsterdam, Londres, Milton Keynes et désormais Berlin – seront desservies par des VE d’ici 2025.

Toyota et Eneo Solutions : un programme de production d’énergie solaire

TMHE et Eneo
Toyota Material Handling Europe (TMHE) et Eneo Solutions vont former un partenariat autour d’un programme de production d’énergie solaire sur les sites TMHE. Toyota compte développer un système de stockage stationnaire d’électricité issu du solaire à partir de capteurs solaires de toiture associés à des batteries lithium-ion. D’abord mises en place au siège social Toyota de Mjolby, les installations de systèmes de production d’énergie solaire couvriront tout le spectre d’activités de TMHE, des sites de production aux fournisseurs, selon les souhaits de Matthias Fischer, PDG de TMHE. Ainsi, des chariots élévateurs électriques à batteries lithium-ion fonctionnant avec de l’énergie solaire autoproduite par l’entreprise seront les premiers fruits du programme du constructeur nippon. Ce dernier a d’ailleurs des objectifs énergétiques ambitieux : arriver à une électricité 100 % renouvelable sous peu et à zéro émission de carbone pour l’ensemble des produits à l’horizon 2050.

Autogriff : de l’expertise et du devis à distance à la réparation

Autogriff
Né en avril 2018, Autogriff propose aux gestionnaires de flotte un service en ligne qui marie expertise, proposition de devis et réparation. Ce service est commercialisé aussi bien pour les remises en état avant les restitutions que pour les réparations de dommages ponctuels. Il fonctionne sur le modèle des devis réalisés en ligne : une fois l’état du véhicule évalué avec une application, « un expert Autogriff chiffre les frais de remise en état sur la base des tarifs Autogriff », indique le prestataire. Ce devis est livré dans un délai de quatre heures. C’est ensuite le prestataire, une fois le devis signé électroniquement par le gestionnaire de flotte, qui prend contact avec le collaborateur pour la logistique de la réparation. Autogriff estime que sa prestation permet une économie moyenne de 414 euros HT sur les frais de restitution et de 57 % sur les frais de réparation de dommages ponctuels.

Bott vario3, une nouvelle gamme d’aménagements

Bott vario3
L’aménageur Bott propose une nouvelle gamme d’aménagements baptisée bott vario3. Le dispositif présente plusieurs nouveautés comme des sangles qui passent par-dessus les meubles pour maintenir des objets lors du transport, le module V-Box qui permet le transport des tubes, un tapis antidérapant ou des couvercles transparents sur les rangements Organizer. Le bott vario3 facilite aussi le transport de l’outillage sur le chantier grâce aux tiroirs Varioslide équipés de poignées. L’aménageur propose sur demande un double plancher qui protège les tiroirs du vol. bott vario3 est conçu en aluminium profilé pour se plier sans casser en cas de collision arrière.

Scania livre un camion pour la collecte de déchets industriels

Scania la billonne
La société spécialisée dans la collecte de déchets, La Billonne, vient d’acquérir un porteur Scania R580 équipé d’une grue Palfinger. Motorisé par un V8 de 580 ch, le véhicule, doté d’une cabine compacte et coiffé d’une grue en Z qui se replie sur le côté du chassis, permet au conducteur de charger et de décharger des déchets. La Billonne possède désormais deux véhicules de ce type, équipés de manière identique et spécialement adaptés pour les besoins de l’entreprise. Avec un essieu avant de 10,5 t pour supporter la grue, deux essieux directeurs et une grande benne, le Scania R580 de La Billonne bénéficiera des services atelier de Scania Méditerranée.

Wex Inc. rachète la carte Go

carte carburant GO
Wex Inc. a acquis l’activité Cartes Carburant GO d’EG Group. Depuis le 1er juillet 2019, Wex a ainsi récupéré « environ 200 000 cartes privatives en circulation aux Pays-Bas, en France, en Belgique et au Luxembourg » selon EG Group. Celles-ci sont acceptées dans plus de 4 850 points de vente en Europe, dont plus de 1 880 en France. « Cette vente s'inscrit dans le cadre de notre stratégie globale et, plus important encore, permet à EG Group de se concentrer davantage sur ses activités de vente au détail directe de carburant », a commenté Mohsin Issa, fondateur et codirecteur général d’EG Group.

Gratuité du stationnement pour l’électrique et l’hydrogène à Tours

stationnement gratuit pour l'électrique à Tours
Dans le cadre de 10 propositions pour améliorer la qualité de l’air, la municipalité de Tours a décidé de rendre gratuites les places de stationnement pour les véhicules électriques à batteries et à hydrogène pendant la période estivale. Le maire Christophe Bouchet a annoncé que tous les automobilistes propriétaires d'un véhicule muni de la vignette Crit'Air verte bénéficieront de la gratuité dans la zone payante à partir du 8 juillet 2019 et jusqu'au 30 septembre 2019 dans un premier temps. En parallèle, la mairie a proposé la généralisation des zones limitées à 30 km/h dans les quartiers résidentiels, et ce avant 2020, mais aussi l’installation de nouveaux radars fixes sur l’autoroute A10 et sur les avenues les plus roulantes. Cette dernière mesure a d’ailleurs été adressée à la direction de la Sécurité Routière. À prévoir aussi une potentielle réduction de la vitesse maximale autorisée de 80 à 70 km/h pour les poids lourds, encore au stade d’étude.

La communication V2X expérimentée à Vigo en Espagne

Experimentation V2X à Vigo en Espagne - projet Autopilot
Le centre technologique de l’automobile de Galice (CTAG) et le Groupe PSA expérimentent la communication entre véhicules et infrastructure (V2X) en environnement urbain complexe, en partenariat avec la ville de Vigo, en Espagne. Ils se serviront de cette technologie pour tester le stationnement automatisé dans les parkings et la conduite autonome en zone urbaine. L’objectif est notamment d’optimiser la vitesse du véhicule à l’approche d’un feu de signalisation et d’assurer la protection des usagers vulnérables. Pour cela, la ville a mis à disposition des zones urbaines et adapté les infrastructures nécessaires. Cette expérimentation a lieu dans le cadre du projet Autopilot – l’un des cinq projets financés par la Commission européenne pour expérimenter l’internet des objets à grande échelle –, consacré au véhicule autonome dans un environnement connecté.

Suivideflotte.net intègre l’estimation de l’heure d’arrivée

Suivideflotte.net intègre une fonctionnalité d'ETA à son offre
Le télématicien Suivideflotte.net a ajouté une fonctionnalité à son offre de géolocalisation, pour estimer l’heure d’arrivée d’un véhicule. L’objectif : permettre aux entreprises de tenir informer leurs clients, notamment en cas de retard, et en particulier dans des secteurs comme la livraison et le dépannage. En pratique, le portail web peut générer automatiquement l’envoi d’un lien par e-mail ou sms au client qui attend l’arrivée d’un véhicule. Ce dernier pourra ainsi suivre le trajet du véhicule en temps réel sur une carte et connaître l’estimation de son heure d’arrivée, ou ETA pour « Estimated Time of Arrival ». « Si le conducteur passe en mode privé, le véhicule ne sera plus visible sur la carte », précise Suivideflotte.net. Et le télématicien a déjà prévu une future mise à jour : celle-ci « permettra au chauffeur du véhicule de rentrer l’adresse de destination dans l’application conducteur et de générer ainsi en totale autonomie un lien pour informer le client de son  heure d’arrivée. »

L’usine Seat Martorell expérimente la livraison de composants par drone

Seat livraison par drone
Depuis le 10 juillet, un service expérimental de livraison par drone relie le centre logistique du groupe Sésé et l’usine de Seat à Martorell, en Espagne, soit une distance d’un peu plus de 2 km. Plusieurs vols alimenteront chaque jour les chaînes de montage en volants et en airbags, sous la supervision de l’agence espagnole de la sécurité aérienne (AESA). L’objectif : améliorer la flexibilité des lignes de production puisque la livraison ne prendra que 15 minutes par drone, contre 90 minutes en camion. Ainsi, « le délai de livraison sera réduit de 80 % », se félicite Christian Vollmer, vice-président chargé de la production et de la logistique chez Seat. Autre avantage : « La livraison à l'aide de drones représente une réduction des émissions de CO2 par rapport au transport par camion, ajoute le constructeur. De plus, les batteries des drones sont rechargées à partir d'énergies renouvelables. » Reste à savoir si le système fera ses preuves.

Les navettes autonomes quittent La Défense

Navya Arma La Défense
L’établissement public Paris-La Défense a annoncé le 12 juillet qu’il mettait fin à l’expérimentation des navettes autonomes Navya sur le parvis de La Défense, jugeant le bilan global insatisfaisant. La navette avait pourtant rencontré un certain succès auprès des utilisateurs pendant les six premiers mois de l’expérimentation, avec « plus de 30 000 voyageurs, dont 97 % de satisfaits et 88 % ayant l’intention de réutiliser la navette », indique Paris-La Défense. Cependant, « la technologie n’a pas su s’adapter aux mutations de l’environnement urbain », estime l’établissement, avec notamment des événements comme le marché de Noël ou des travaux, et surtout une grande variété de flux, des piétons aux véhicules d’entretien. Paris-La Défense pointe également des difficultés de connexion du fait de la hauteur des tours. Résultat : « La vitesse de circulation de la navette n’a pas réussi à progresser et donc à rendre le service attractif. » Après une période d’interruption en décembre 2017 et juin 2018, le service n’a ainsi transporté que 11 865 voyageurs jusqu’en mai 2019. Enfin, « l’objectif de passage en “full autonome” n’a pas abouti », regrette l’établissement.

Un prototype de Prius hybride rechargeable solaire en test

Prius hybride rechargeable solaire
Le Groupe Toyota va démarrer fin juillet des essais sur une Prius hybride rechargeable essence-électrique équipée de panneaux solaires à haut rendement, en partenariat avec l’équipementier Sharp et l’agence publique de recherche japonaise NEDO. Sharp a assemblé des cellules photovoltaïques au rendement supérieur à 34 % de manière à produire un film de 0,03 mm d’épaisseur, assez mince pour épouser le toit, le capot et le hayon de la voiture. L’ensemble offre une puissance nominale d’environ 860 W, contre 180 W pour le modèle existant de Prius à panneau solaire de recharge. En stationnement, la batterie de traction du démonstrateur pourrait ainsi récupérer jusqu’à 44,5 km d’autonomie par jour, contre 6,1 km pour le modèle de série. Mieux, le démonstrateur peut aussi se recharger en roulant. L’expérimentation vise maintenant à évaluer le gain d’autonomie en conditions de conduite réelles sur voie publique, ainsi que la baisse de consommation d’essence engendrée. Le Comité stratégique japonais pour les véhicules à panneaux photovoltaïques évaluera quant à lui les avantages en termes d’émissions de CO2 et de réduction du nombre de recharge.

Véhicules autonomes : Toyota démarre des tests sur voie publique

Lexus autonome
Après des simulations et des essais réussis sur circuits fermés, le constructeur japonais Toyota vient d’annoncer le lancement de tests de conduite autonome sur voies publiques dans le centre-ville de Bruxelles, en Belgique. « Une Lexus LS complètera à plusieurs reprises une boucle fixe au cours des 13 prochains mois », détaille Toyota. Ce véhicule de série sera équipé de capteurs montés sur le toit, à savoir un Lidar, des radars, des caméras et un système de positionnement haute précision. Un opérateur et un conducteur resteront à bord du véhicule pour superviser le véhicule et si besoin intervenir et neutraliser le système de conduite autonome. « Le véhicule automatisé sera également utilisé pour la collecte de données dans le cadre de la participation de Toyota au projet européen L3Pilot aux côtés de 34 autres partenaires », précise le constructeur. Ce projet doit ouvrir la voie à des essais à grande échelle avec environ 100 voitures et 1 000 conducteurs dans 10 pays européens.

Véhicules autonomes : Ford et Volkswagen vont collaborer

Ford et Volkswagen
Après les VUL, Ford et Volkswagen ont décidé de s’associer dans le domaine des véhicules autonomes, dans le cadre de leur alliance mondiale. Ils investiront tous deux dans la start-up Argo AI qui développe des technologies de conduite autonome et dont Ford est devenu le premier actionnaire en février 2017. « Ce rapprochement permet aux deux constructeurs d’intégrer indépendamment la technologie de conduite autonome d'Argo AI dans leurs propres véhicules », précise Ford. À noter que le constructeur américain proposera également dès 2023 un premier modèle 100 % électrique basé sur la plate-forme MEB de Volkswagen.

LOM : un nouvel examen à la rentrée

Loi d'orientation des mobilités LOM
La Commission mixte paritaire chargée d’examiner le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) n’est pas parvenue à un accord. En cause, des « préoccupations concernant le financement de la compétence mobilité par les intercommunalités et de la programmation des infrastructures » de la part de la majorité sénatoriale, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. « La seule perspective offerte par l’exécutif consiste à renvoyer à la réforme à venir de la fiscalité locale, sans aucun fléchage spécifique de ressources vers la mobilité, et avec un niveau d’ambition inacceptable face aux besoins des habitants dans les territoires enclavés », a argué le Sénat. Malgré tout, « le Gouvernement et la majorité sont déterminés à aboutir à une adoption rapide du texte, qui sera examiné en nouvelle lecture à la rentrée », a annoncé le ministère.

Véhicules autonomes : PSA et Vinci testent de nouveaux cas critiques sur autoroute

PSA Vinci
Après le franchissement autonome d’un péage en 2017, deux situations complexes ont été testées en conditions réelles de circulation le 11 juillet sur l’A10 et l’A11, entre Dourdan et Ablis. Il s’agissait pour un prototype de Peugeot 3008 d’une part de franchir en mode autonome une zone de circulation temporairement modifiée pour cause de travaux ; et d’autre part à assurer la mise en sécurité du véhicule (« safe stop »). Cette manœuvre « consiste à diriger le véhicule sur une zone refuge, en cas de non reprise en main du véhicule par le conducteur dans une situation particulière (présence exceptionnelle d’obstacle sur la chaussée, conditions météorologiques fortement dégradées, etc.) ou encore en cas de fin d’autoroute », explique PSA. Selon le constructeur, les résultats « alimenteront les travaux de standardisation menés dans différents projets collaboratifs tels que C-Roads ou le Projet SAM. »

Les VO de Hyundai Motor France commercialisés via BCAuto Enchères

Hyundai BCAuto Enchères
Hyundai a fait appel à BCAuto Enchères pour la vente de ses véhicules d’occasion auprès des professionnels de l’automobile. Le prestataire spécialiste des enchères en ligne a développé pour le constructeur une plate-forme de vente en ligne dont il va assurer l’animation commerciale et marketing. Le constructeur coréen mettra aussi à profit l’outil de gestion de BCAuto enchères, Fleet Control Monitor, pour collecter et gérer toutes les données nécessaires à la vente de ses VO et optimiser sa stratégie VN. « Ce partenariat souligne également la stratégie des deux entreprises sur le sujet des énergies alternatives », pointe le communiqué de presse de cette annonce. Hyundai commercialise en effet aussi bien des motorisations hybrides, hybrides rechargeables, qu’électriques et même hydrogène.

En utilisant notre site, vous consentez à l'utilisation des cookies.

Ils nous permettent notamment de vous proposer la personnalisation de contenu, des publicités ciblées en fonction de vos centres d’intérêt, de réaliser des statistiques afin d’améliorer l’ergonomie, la navigation et les contenus éditoriaux.

Cependant, vous pouvez à tout moment choisir de désactiver une partie de ces cookies en suivant les instructions fournies sur la page Politique de confidentialité.