Comment se mettre à la gestion de flotte numérique

La transformation numérique de la gestion de flotte est en cours. Mais comment adapter son poste pour rester dans la course ?

543
Gestion de flotte numérique

La gestion de flotte se met au numérique. Mais cela peut être difficile pour certains. Combien sont-ils dans ce cas ? Le quatrième Baromètre sur les transformations digitales 2019 du cabinet Julhiet Sterwen propose une réponse. Selon cette étude parue le 15 octobre, un quart des salariés se sentent « abandonnés à eux-mêmes pour acquérir des compétences nécessaires à la transformation numérique des organisations dans lesquelles ils travaillent. » Comment alors numériser son poste ? Selon Julien Lever, directeur général adjoint de Julhiet Sterwen, le fleet manager devra développer quatre compétences indispensables.

Partager et collaborer

La première est liée au partage des connaissances. Pour passer au numérique, il faut savoir mieux collaborer avec les autres. « Il faut avoir, précise Julien Lever, envie de collaborer pour créer de la valeur avec son entourage professionnel. Le gestionnaire de flotte doit comprendre l’intérêt qu’il a à travailler avec les autres salariés. Mais le système dans lequel il évolue doit aussi le lui permettre. »

Changer ses habitudes

La seconde compétence importante est l’agilité. Il faut savoir passer d’un concept ou d’un logiciel à un autre. « Cette propension à changer ses habitudes est essentielle, poursuit Julien Lever. Il y a aujourd’hui une interopérabilité des logiciels qui rende cette compétence indispensable. Cela signifie aussi qu’il faut détenir des connaissances de base en informatique et se former aux changements via des tutoriels, Mooc ou blogs. »

Être curieux

La troisième compétence découle de la seconde. La numérisation de son métier et de son environnement impose d’être curieux. Il faut se renseigner, ne pas avoir peur de remettre en question pour mesurer ce qui a pu changer dans certains logiciels et certains domaines de connaissances. Cela implique, quatrième compétence, d’être réactif, de faire preuve d’une certaine naïveté pour ne pas avoir peur de la technologie.

Ces compétences seront bien ancrées dans le cerveau du collaborateur si celui-ci a conscience de tout l’intérêt du numérique. Il faut donc comprendre à quoi le numérique sert, en quoi il est utile, combien de temps il fait gagner dans son travail quotidien. Il est aussi important que l’ensemble du personnel se rende compte de l’importance du numérique.

Changer le management

Pour cela, le manager devra changer. « Et évoluer vers une posture de manager chef d’orchestre, de manager coach, explique Julien Lever. Il doit accompagner et créer de la confiance. » Cela signifie laisser de la place aux échanges, permettre l’autonomie des équipes, faciliter la progression de leurs performances. Les compétences de chacun doivent être utilisées. Le manager doit accepter d’être remis en question.

Gestion de flotte numérique
Julien Lever, directeur général adjoint de Julhiet Sterwen

Ces changements sont à acquérir au fil de l’eau. Pour Julien Lever, « on passe au numérique petit à petit, en analysant ce que proposent les outils, en lisant la presse, en surfant sur les tutoriels, les newsletters ou les blogs. La meilleure façon est de progresser très concrètement en se simplifiant la vie. Internet est tellement riche qu’on y trouve 90 % des réponses. Le reste pourra être acquis via son manager ou ses collègues. »