• Mots clés connexes
  • GNV

GNV : une plateforme ouverte pour recenser les stations existantes et futures

L’Association française du GNV a mis à disposition l’ensemble des données concernant les stations GNV en France pour aider les acteurs du transport routier à se décider à passer au GNV.

4251
Carte AFGNV - Stations GNV
Source : AFGNV

L’AFGNV vient de mettre en ligne une plateforme ouverte référençant l’ensemble des données disponibles sur les stations GNV implantées en France, développée en partenariat avec RTE et GRTgaz. L’enjeu : fournir un outil d’aide à la décision aux acteurs du secteur. « Nous avons identifié trois types d’acteurs intéressés, détaille Vincent Rousseau, directeur projet mobilité chez GRTgaz. Les professionnels du transport qui veulent investir dans des véhicules GNV, les pouvoirs publics pour suivre en temps réel le déploiement et alimenter les politiques publiques, et les collectivités et régions qui peuvent ainsi disposer d’un reporting adapté et observer le déploiement à leur maille. »

Une cartographie en temps réel des stations GNV

Baptisée « Mobilité Gaz Open Data », la plateforme indique la localisation exacte des stations, le nom de leur opérateur, leur statut (ouverte ou en projet), leur année de création, les carburants disponibles (GNL, GNC, bioGNC) et les modes de paiement acceptés. Elle précise aussi si la station est accessible aux poids lourds ou non.

Le tout sous forme de cartes, de graphiques ou de tableaux ; avec la possibilité de filtrer les données, mais aussi de créer, partager et exporter des visualisations et des jeux de données personnalisés. Une interface de programmation (API) permet aussi de récupérer automatiquement les données à jour pour les intégrer à d’autres applications.

Des données remontées par les opérateurs

Les données sont remontées par les vingt opérateurs de stations du réseau français (Air Liquide, Total, Engie, Gazup, GEG, gasNatural fenosa, Primagaz, Axégaz, Gas, AS24, Endesa, GNDrive, WH2, Liqvis, DEFA, Avia picoty, Licer, GES, Réseau GDS et Sigeif), et seront mises à jour toutes les semaines ou toutes les deux semaines. L’AFGNV prévoit d’y ajouter à moyen terme les données de consommation et d’immatriculation de véhicules GNV, afin de disposer d’un outil dédié au GNV en général.

La NGVA Europe va également intégrer ces informations à sa carte européenne des stations GNV. Elles seront aussi incluses dans la plateforme Open Data Réseaux Énergies, lancée par RTE et GRTgaz le 3 avril 2017 et qui cartographie la production et la consommation énergétique en France ; ainsi que dans l’application mobile « CarteAFGNV » qui permet aux conducteurs de trouver l’itinéraire vers la station GNV la plus proche.

69 stations réparties sur presque toute la France

Actuellement, il y a 69 points d’avitaillement publics en service sur le territoire français – 11 en GNL et 58 en GNC –, pour un total de 60 stations, dont 37 proposant du bioGNV. 80 % des stations sont accessibles aux PL, ce qui fait de la France le premier réseau de GNV PL en Europe (même si l’Allemagne et l’Italie ont déployé beaucoup plus de stations réservées aux VUL).

44 stations sont en projet : 25 devraient ouvrir avant fin 2017 et 19 d’ici juin 2018. En moyenne, il y a eu 3 inaugurations par mois depuis début 2017, majoritairement par des opérateurs privés, l’investissement s’élevant à 1 million d’euros par station.

Sans surprise, c’est l’Île-de-France qui compte le plus de points d’avitaillement (12), suivie de près par la région Auvergne Rhône-Alpes (11), le Grand Est et la Nouvelle Aquitaine (9). Bretagne, Occitanie, Normandie, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire sont les régions les plus à la traîne avec moins de quatre stations.

L’AFGNV vise les 250 stations en service d’ici 2020, soit beaucoup plus que l’objectif de 80 stations fixé par le gouvernement français en transposition de la directive européenne directive AFI (Alternative Fuels Infrastructures).

Nos derniers articles sur le GNV.