A+Glass : un bilan 2021 et des objectifs pour 2022

Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue le 3 septembre dernier, l’enseigne A+Glass a fait le bilan de ces derniers mois et détaillé ses objectifs.
740
A+Glass 2021

« Les chiffres ne veulent rien dire ». Cette apostrophe assénée par Pierre Pérez, président du conseil de surveillance du prestaire A+Glass, a ainsi cadré l’exercice annuel auquel se confronte l’enseigne spécialisée dans le vitrage et l’optique. C’est pour le dirigeant une façon de rappeler la singularité de la période depuis le début de l’année 2020, où rien ne peut être vraiment comparé à la « vie normale ». C’est en ce sens que les responsables d’A+Glass, Pierre Pérez et ses deux filles Marie-Pierre Tanuji de Jongh et Nelly Pérez, ont évoqué leur dernier exercice, soldé par une petite hausse du chiffre d’affaires à 98 millions d’euros.

Les bouleversements de la crise sanitaire

Certes, cette petite hausse n’a pas vraiment de sens compte tenu du contexte, mais c’est néanmoins un signe positif. L’enseigne montre ainsi qu’elle a su amortir les conséquences de cette période mouvementée avec notamment l’aide des assureurs qu’elle a tenu à remercier. Mais elle cherche aussi à identifier ce qui va rester des bouleversements induits par la crise sanitaire. Ainsi en est-il de l’organisation en atelier où les process ont été modifiés et rallongés avec la désinfection avant et après intervention sur les véhicules. Ainsi en est-il aussi des interventions sur site qui ont sensiblement augmenté, jusqu’à 47 % des prestations, compte tenu de l’importance prise par le télétravail. Lequel télétravail a entraîné de facto une baisse du nombre de sinistres ainsi qu’une modification du type d’intervention : « Les glaces latérales ont pris le dessus dans de nombreuses régions, a ainsi affirmé Pierre Pérez, une activité moins rentable que le changement de pare-brise. »

A+Glass mise sur la dématérialisation…

Dans cette période de mutation, A+Glass veut faire preuve d’adaptation à la nouvelle donne. Et mise notamment sur la dématérialisation de ses processus. « Aujourd’hui, la dématérialisation va de la prise en charge des véhicules jusqu’à la facturation des prestations, a avancé Marie-Pierre Tanuji de Jongh, présidente du directoire. Nous travaillons avec des logiciels full web, cela permet de tout faire sur tous les supports matériels possibles, de la prise de rendez-vous en trois clics jusqu’à la gestion du suivi de sinistre. » Autre élément clé de la stratégie de l’enseigne, son investissement dans les domaines couverts par la responsabilité sociétale des entreprises, et notamment celui de l’environnement.

… et la formation

Autre axe prioritaire, la formation, pour laquelle l’enseigne a signé un accord avec le Cesvi pour la formation continue. Et A+Glass poursuit également ses efforts de formation en interne pour les salariés de ses franchisés. Des franchisés confrontés à des besoins en matière de recrutement : quelque 40 postes administratifs et techniques sont à pourvoir.