70 millions d’euros d’aides de l’État pour la filière auto

Suite à la venue d’Emmanuel Macron au Mondial de l’Automobile 2022, les ministères de l’Économie et de l’Industrie ont annoncé 70 millions d’euros d’aides de l’État pour la filière automobile. Dans le cadre de France 2030, 50 millions seront destinés aux 15 projets innovants sur les batteries et 20 millions aux innovations dans le secteur du rétrofit.
1280
Bruno Le Maire Roland Lescure Mondial de l'automobile annonces aides batteries rétrofit
Bruno Le Maire, ministre de l’Économie des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique et Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie étaient présents aux côtés d'Emmanuel Macron, président de la République à l'ouverture du Mondial de l'Automobile. © JV

L’objectif : « produire 2 millions de véhicules électriques par an en France d’ici 2030 », comme l’a martelé Emmanuel Macron à l’ouverture du Mondial de l’Automobile, le 17 octobre. Pour atteindre cet objectif, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique et Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie ont annoncé, le 18 octobre, « un investissement massif de l’État dans l’innovation et l’industrialisation de la filière automobile, via France 2030. » Ainsi, 70 millions d’euros d’aides de l’État seront versées. Ces aides soutiendront des projets innovants concernant les batteries électriques et le rétrofit.

70 millions d’euros d’aides pour les batteries et le rétrofit…

Concrètement, 50 millions d’euros d’aides iront aux quinze lauréats de l’appel à projets de France 2030 sur les innovations de batteries de véhicules électriques. Ces aides représentent au total 123 millions d’euros d’investissement. En plus de l’enveloppe pour les batteries, les ministres ont annoncé « jusqu’à 20 millions d’euros d’aides » aux innovations des professionnels du rétrofit électrique. Le dépôt des propositions s’ouvrira, le 15 novembre, pour une durée de deux mois.

Cette subvention servira à « financer des solutions industrielles » pour abaisser le coût la technologie du rétrofit et la « démocratiser », notamment auprès des particuliers. En effet, le gouvernement estime qu’en « 2035, année de l’arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques, il y aura encore environ 20 millions de véhicules thermiques en France, soit la moitié du parc automobile français. »

… en soutien à l’évolution de la filière automobile

Sur les quinze lauréats de l’appel à projets sur les batteries « près de la moitié sont des PME », d’après Roland Lescure. Parmi les projets retenus, « DIGIBATT » vise à digitaliser la future usine de production de batteries d’Olenergies, pour optimiser le cycle de vie des batteries. L’importance du recyclage se fait aussi notable dans le projet de Mob-Energy « Battery X ». L’entreprise lyonnaise spécialisée dans les solutions de recharge veut développer une batterie standard à partir de batteries de seconde vie.

Plusieurs travaux portent aussi sur divers matériaux pour améliorer les performances des batteries. C’est le cas des projets « DEFIBATT » d’ARMOR Battery Films et de l’Institut Matériaux Jean Rouxel de Nantes ; « GRESILION » de Nanomarkers, Tokai Cobeix Savoie et du CNRS ; ou d’« EleNa NVPF » de Rhodia Opérations.

Enfin, pour sortir du thermique, « les sous-traitants devront fournir des efforts considérables en matière d’investissements ». Les ministres ont donc lancé une mission à destination des filières de sous-traitance de forge, de fonderie et de décolletage. Ces dernières seraient les plus touchées par les mutations en cours. L’objectif : « trouver les bons outils de consolidation des entreprises et accompagnement des salariés, en amont des difficultés économiques ». Nous reprenons les mots de Roland Lescure qui inaugurait alors le salon Equip Auto.

15 nouveaux modèles de véhicules électriques attendus

En parallèle, les ministères de l’Économie et de l’Industrie ont confirmé « l’affectation de quinze nouveaux modèles électriques. Ces véhicules sortiront des usines françaises de Renault et de Stellantis dans les prochaines années. Ils viendront accroître le parc automobile électrifié français, qui a récemment dépassé le million de véhicules. »

PARTAGER SUR