Alcool, drogue : une tolérance (presque) zéro

Au sein des entreprises, une règle doit s’imposer : l’alcool, mais aussi les drogues, doivent être prohibés pour tous les conducteurs, sans exception négociable. Mais dans les faits, la situation n’est pas si simple puisque le Code du travail n’interdit pas de manière absolue la consommation d’alcool sur le lieu de travail. En tout cas pour l’instant.

- Magazine N°239
1228
alcool drogue
©De DeiMosz-shutterstock

À la tête de 170 VUL, Cetup pratique la tolérance zéro en cas d’infraction grave liée à la conduite en état d’ébriété ou à la consommation de drogues. « Ce cas d’école ne s’est pas produit mais il se traduirait par un licenciement pour faute », résume Laurence Capossele, codirigeante du transporteur.

En revanche, le Code du travail reste bien plus laxiste, précisant qu’« aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n’est autorisée sur le lieu de travail. » Le ballon de rouge est donc autorisé, à moins que l’entreprise ne stipule le contraire dans son règlement intérieur et à condition que « la consommation de...

PARTAGER SUR