Alfa Romeo Giulia : la renaissance italienne

Un évènement pour Alfa Romeo : la Giulia a su se faire désirer mais l’attente en valait vraiment la peine pour cette familiale sportive italienne.

992
Alfa Romeo Giulia : la renaissance italienne

Vous attendiez un peu d’audace, de peps et d’originalité dans le paysage des voitures d’entreprise, et bien Alfa Romeo ressort la Giulia. Pas la craquante version des années 60, mais une Giulia au goût du jour, qui vient remplacer l’Alfa 159, disparue du catalogue depuis 2011 !

Mais la Giulia a des arguments pour se faire pardonner. À commencer par une ligne racée née de la nouvelle plate-forme qui servira au SUV Alfa l’an prochain. Si l’avant est facilement identifiable, l’arrière hésite entre une Audi A4 et une BMW Série 3, pour offrir une carrure athlétique qui pose l’auto sur la route.

La Giulia est aussi agréable à mener qu’à regarder. Dotée de roues arrière motrices, elle se révèle très agile et procure aux occupants un excellent compromis entre confort et sportivité. La direction est directe, la trajectoire précise, l’amortissement bien calibré et le freinage ultra court. Le dynamisme est à mettre sur le compte d’un allègement général. L’aluminium et le carbone ont été employés pour la carrosserie, la transmission et le moteur.

Du côté moteurs justement, un tout nouveau bloc diesel 2.2 l se décline en 136, 150 et 180 ch, avec boîte manuelle 6 vitesses ou automatique 8 rapports. Ce moteur silencieux offre de bonnes reprises et contient son bilan carbone (109 g/km de CO2). Dans quelques mois sera proposée une version « Verte » du modèle 180 ch BVA, dotée de pneus à ultra basse résistance au roulement, d’un étagement de transmission et d’éléments aérodynamiques spécifiques, homologuée à 99 g, afin de capter plus encore la clientèle professionnelle.

Un intérieur soigné

À bord, la qualité est au rendez-vous : l’habitacle se veut chaleureux, l’assemblage et les matériaux ne souffrent d’aucun défaut. Et dès le premier niveau de finition, on dispose de série des alertes anticollision et de franchissement de ligne, du freinage d’urgence autonome, de la détection piéton, de la climatisation bizone et du système multimédia sur écran central. Rien ne manque, pas même la gestion du comportement dynamique de la voiture.

Cette rivale de la Série 3 devrait séduire pas mal d’amateurs de berlines de caractère, à partir de 30 900 euros ou 32 900 euros TTC en Pack Business pour les diesel 136 et 150 ch (+ 1 600 euros en Pack Business). Une autre propulsion qui va permettre à Alfa de redorer son blason.

Notre avis

BIEN

Plaisir de conduite • Compromis confort-tenue de route • Style • Garantie de 3 ans

À REVOIR

Pas d’affichage tête haute • Ouverture de coffre étroite

Alfa Romeo Giulia 2.2 JTD 136 ch 2.2 JTD 150 ch 2.2 JTD 180 ch
Moteur (cm 3) 2 143 2 143 2 143
Puissance couple (ch/Nm) 136/n. c. 150/380 à 1 500 180/450 à 1 750
Conso. mixte (l/100 km) 5,1 5,1 5,1
Émissions de CO2 (g/km) 109 109 109
Vitesse maxi (km/h) 200 220 230
0 à 100 km/h (s) n. c. 8,4 7,2
Boîte de vitesses manuelle 6 6 6
Boîte de vitesses automatique BVA8 BVA8
Poids à vide (kg) 1 374 1 374 1 374
Charge utile 491 491 491
Coffre (l) 480 480 480
L x l x H (mm) 4 640 x 1 860 x 1 430 4 640 x 1 860 x 1 430 4 640 x 1 860 x 1 430
À partir de (€TTC) 30 900 32 900 39 100

———————————————

Valeurs futures

Alfa Romeo Giulia

2.2 JTD 136 ch

2.2 JTD 150 ch

2.2 JTD 180 ch Super

Énergie Diesel Diesel Diesel
Boîte de vitesses Manuelle Manuelle Manuelle
Carrosserie Berline Berline Berline
Cylindrée (cm3) 2 143 2 143 2 143
CO2 (g/km) 109 109 109
Ch din 136 150 180
Prix neuf TTC (€) 30 900 32 900 39 100
Mois 42 42 42
Km total 100 000 100 000 100 000
Valeur reprise TTC (€) n. d. n. d. n. d.
Valeur reprise n. d. n. d. n. d.
Valeur vente TTC (€) n. d. n. d. n. d.
Valeur vente n. d. n. d. n. d.

Source : Forecast Autovista, juin 2016.

PARTAGER SUR