Aliapur : de nouvelles pistes de valorisation pour les pneus

En 2014, la filière française de valorisation des pneus usagés Aliapur a récolté 314 505 t de pneus usagés chez les professionnels de l’automobile, soit l’équivalent de plus de 41,5 millions de pneus tourisme.

631
Aliapur : de nouvelles pistes de valorisation pour les pneus

Sur ce volume, 16,57 % ont été réutilisés (rechapage et occasion), 53,82 % ont été valorisés en énergie dans les cimenteries et les chaufferies urbaines, et 29,61 % ont été transformés en matière. Sur ces 29,61 %, 26,95 % des pneus ont été valorisés en granulats et poudrettes et, dans des mesures moindres 1,49 % en géotechnique, 1,13 % en recyclage carbone et fer, et 0,04 % en valorisation Pneusol.

Cette valorisation des pneus récoltés a permis, selon les données d’Aliapur, d’éviter l’équivalent de rejets d’émissions de CO2 de 324 059 VP par an. Mais la filière ne compte pas s’arrêter là et souhaite faire émerger, voire créer, des pistes de valorisation pour faire du pneu un produit le plus vert possible.

Si la filière entend bien développer de façon plus significative la valorisation des pneus usagés en carbone et fer, le marché de la gomme de pneus usagés non réutilisable représente une piste potentielle. Cette gomme pourrait en effet être réutilisée dans la fabrication de pneus neufs sous forme de poudre. Seule condition : cette dernière doit être inférieure à 400 microns (contre 800 microns pour la poudrette habituelle).

La R&D d’Aliapur, en collaboration avec plusieurs laboratoires et industriels, a donc lancé en septembre une étude portant sur deux procédés de fabrication visant à obtenir cette poudrette micronisée, la granulation à température ambiance et la cryogénie.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter