Amazon renforce son réseau de livraison à vélo

Pour décarboner son activité et s’adapter aux ZFE-m, Amazon étend ses livraisons à vélo. Elles s’organisent notamment à partir de nouveaux « hubs urbains ».
4636
Amazon livraison vélo

Le site de vente en ligne Amazon annonce vouloir étoffer la logistique de ses livraisons à vélo dans le cadre d’un investissement de 250 millions d’euros. Cette enveloppe vise à promouvoir l’électrification et la décarbonation de son réseau de transport en France. D’ailleurs, dans le cadre de sa « cyclo-logistique », Amazon exploite d’ores et déjà des espaces des dépôts de bus pour le transfert quotidien des marchandises de camions aux vélos.

L’utilisation de ces sites, présentés comme des « hubs urbains », raccourcit les trajets des livreurs. Ainsi, « cela permet d’optimiser l’utilisation d’un espace dont les caractéristiques sont compatibles avec notre cahier des charges, notamment accueillir un camion pour massifier le transport depuis l’agence, complète Charles Davous, responsable des projets livraisons du dernier kilomètre de l’entreprise. Et comme nos opérations de tri se font en amont, l’intervalle de coactivité se réduit à son minimum ».

Plus de livraisons Amazon à vélo dans neuf villes françaises

Alors que le premier des hubs urbains de ce type a vu le jour à Paris, d’autres ont suivi ces derniers mois à Rouen, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Lyon, Annecy, Marseille et Nice. Dans le cadre du renforcement de ces livraisons à vélo, Amazon insiste aussi sur son exigence vis-à-vis de ses sous-traitants en matière de RSE. Ainsi, le site de livraison demande à ses partenaires que l’ensemble de leurs livreurs à vélos soient salariés. « Nous sommes également très rigoureux sur l’équipement des livreurs, indique Charles Davous. En effet, ils doivent porter le casque, et les vélos que fournissent nos partenaires doivent respecter un cahier des charges et des normes ».

Charles Davous estime que la livraison à vélo cargo a permis de remplacer une centaine d’utilitaires roulant au diesel dans huit arrondissements à Paris. « La cyclo-logistique s’inscrit dans une tendance de fond : de plus en plus de villes ferment leur centre aux véhicules motorisés », pointe-t-on encore chez Amazon.