Angers a opté pour le diesel et le GPL

À la mairie d’Angers, un choix équilibré a été fait entre deux carburants afin d’allier protection de l’environnement et rationalisation budgétaire.

- Magazine N°175
493

« Avoir une politique énergétique, c’est trouver le meilleur compromis entre le coût et la pollution. » Pour David Humeau, responsable de la flotte de la mairie d’Angers, il ne fait pas de doute que le GPL est nettement plus propre que le diesel, responsable de rejets de particules fines en milieu confiné. Et moins cher que le GNV, autour duquel subsistent « certaines interrogations sur les rejets de méthane ».

Cela étant, le GPL n’a pas toujours été la solution miracle. La mairie d’Angers a une expérience de deux ans avec cette technologie, suffisante pour en avoir suivi les progrès. « Depuis que l’injection gaz a laissé place à l’injection liquide, nous avons beaucoup moins de maintenance. Le GPL suit les technologies des motorisations à essence, les moteurs fonctionnent mieux, sont plus fiables, il est donc plus facile de gérer les coûts », explique David Humeau. Cela étant, le diesel reste plus rentable « car le GPL est plus cher à l’achat et sa consommation légèrement supérieure. » De ce fait, les véhicules de la mairie supérieurs à 3,5 t roulent au diesel.

Les véhicules GPL disposent d’un réservoir à essence et d’un réservoir GPL à la place de la roue de secours. Dans la mesure où il existe peu de modèles GPL fabriqués en série, il a fallu adapter ces véhicules. Et aussi former à leur usage les conducteurs qui ont des craintes par rapport au gaz. Les efforts ont porté leurs fruits, le taux d’utilisation du GPL est passé de 65 à 84 %.

La mairie d’Angers a lancé un appel d’offres il y a deux ans, remporté par la société Borel, et les critères sélectifs ont été les prix et les infrastructures. L’appel d’offres englobait la fourniture de stockage et de distribution. « Il y avait de nombreuses contraintes à respecter, les distances avec voies publiques et murs privés », se souvient David Humeau. Il fallait également prévoir l’arrivée des camions de livraison sur le site. Enfin, le responsable de la flotte regarde les tarifs du GPL diffusés toutes les semaines par le ministère des transports. « Cela nous permet de corriger les prix fournisseurs si nécessaire », conclut-il.

La flotte de la mairie d’Angers en chiffres

• 50 poids lourds, 400 véhicules légers dont 250 de moins de 3,5 t fonctionnant au GPL.