Quelle place pour les VE et les mobilités alternatives dans les flottes françaises ?

Dans le cadre de son baromètre annuel des flottes européennes, l’Arval Mobility Observatory a publié de premiers résultats centrés sur les véhicules électrifiés et les mobilités alternatives en France.

626
barometre flotte 2020 arval

Pour cette édition, 212 interviews téléphoniques ont été réalisée par l’institut de sondage Kantar en janvier 2020 auprès de gestionnaires de flotte au sein d’entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, équipées d’au moins un véhicule de moins de 3,5 t.

Premier constat : 23 % des sondés prévoient une augmentation de leur flotte dans les trois années à venir, soit 1 % de plus qu’en 2019. En parallèle, une entreprise sur quatre a déjà mis en place des solutions de mobilité alternative pour ses employés et près de 40 % l’envisagent dans un futur proche.

Changera 31,9 %
Augmentera 23,1 %
Réduira 8,8 %
Ne changera pas 66,4 %
Ne sait pas 1,7 %

L’entreprise de développe 56,6 %
Pour le recrutement de nouveaux talents 42,0 %
Développement d’une nouvelle activité qui demande des véhicules 31,3 %
Pour fidéliser les salariés actuels 24,0 %
L’entreprise envisage de développer l’autopartage 19,1 %
Pour proposer des véhicules à des salariés qui n’en ont pas encore 16,9 %
Réduction des taxes 6,7 %
Autres 5,2 %

Solutions de mobilité Déjà incluses dans la car policy Considérées au cours des 3 prochaines années
Transports publics 30,7 % 9,4 %
Covoiturage entre salariés 29,8 % 13,8 %
Fourniture de véhicules en location à moyen terme 23,9 % 11,4 %
Autopartage en entreprise 18,4 % 14,1 %
Application permettant de réserver des solutions de mobilité 17,7 % 14,2 %
Budget mobilité 12,8 % 12,7 %
Carte mobilité 12,0 % 11,0 %
Location privée ou « sacrifice » salarial 10,3 % 10,4 %
Autres solutions à 2 roues 9,8 % 9,9 %
Vélos en libre-service 9,2 % 10,8 %
ST Au moins une solution 62,1 % 36,6 %

« Dans l’esprit des chefs de parc, une augmentation de l’activité ou de nombre de collaborateurs implique encore une augmentation du nombre de voitures, commente François Piot, président de l’Arval Mobility Observatory. Et simultanément ils envisagent d’avoir recours aux mobilités alternatives. Nous sommes dans une période de transition entre les vieux réflexes traditionnels et la préparation à la transition énergétique. »

Ainsi, un peu de moins de 30 % des sondés déclarent que leur entreprise a mis en place un plan de mobilité. « Les mesures les plus populaires sont le covoiturage (62 %), le télétravail (59 %), l’autopartage (56 %) et la prise en charge à 100 % de l’abonnement aux transports en commun par l’entreprise (47 %) », précise l’observatoire.

Oui 28,9%
Non 53,1%
Non car la taille de mon entreprise est inférieure à 100 salariés 6,5%
Non car l’entreprise ne dispose pas de site avec plus de 100 salariés 17,8%
Non, car pas eu le temps ou pas les compétences 30,1%
Ne sait pas 18,1%

 

Covoiturage 62,4%
Télétravail 59,4%
Autopartage 56,2%
L’abonnement aux transports en commun entièrement pris en charge par l’entreprise 47,2%
La mise en place de navettes entre la gare et le bureau 34,4%
Favoriser l’utilisation du vélo électrique 33,6%
Mise à disposition de places de stationnement réservées aux vélos électriques 33,1%
Bureaux partagés 32,8%
Suppression de places de stationnement 7,4%
Autres 7,0%

Source : Arval Mobility Observatory / Kantar

Autre enseignement du baromètre : 54 % des répondants ont déjà opté pour des véhicules électrifiés ou l’envisagent d’ici trois ans. Leurs motivations avant tout liées à des raisons économiques, mais aussi à une volonté de réduction de l’impact environnemental, de conformité aux régulations et d’amélioration de la réputation de l’entreprise.

« La crainte du manque d’autonomie reste un sujet majeur, note toutefois François Piot. Cela s’exprime à travers le choix des véhicules : l’hybride rechargeable a la préférence d’un certain nombre, or cette technologie n’est vertueuse que pour une partie seulement des besoins. Par exemple pour les conducteurs qui peuvent recharger au départ et à l’arrivée et qui effectuent des trajets plutôt urbains, permettant d’utiliser pleinement la recharge électrique avant de passer au carburant. » De plus, 49 % des sondés considèrent que les gammes de modèles restent limitées pour les modèles hybrides rechargeables et 55 % pour les modèles 100 % électrique.

VP VUL
Hybride Hybride rechargeable Électrique à batterie Hydrogène Hybride Hybride rechargeable Électrique à batterie Hydrogène
ST Déjà en place / Envisagé à 3 ans 43,2% 40,0% 36,8% 20 % 27,0% 27,4% 28,2% 15 %
Déjà en place 17,8% 14,1% 16,7% 3 % 7,2% 8,9% 13,9% 3 %
Prévoit de le mettre en place d’ici 3 ans 25,4% 26,0% 20,1% 17 % 19,7% 18,6% 14,4% 12 %
Prévoit de le mettre en place plus tard 27,9% 28,3% 23,4% 21 % 29,0% 24,7% 20,8% 18 %
Pas intéressé 21,3% 25,6% 33,2% 43 % 35,8% 39,7% 43,5% 55 %
Ne sait pas 7,6% 6,1% 6,7% 16 % 8,3% 8,2% 7,5% 12 %

Raisons du choix VP VUL
ST Raisons financières 43,3 % 31,0%
Pour réduire les dépenses liées au carburant 32,2 % 23,6%
Pour les incitations fiscales 25,3 % 16,8%
Pour réduire les coûts de maintenance 23,6 % 15,9%
Pour optimiser le coût total de possession (TCO) 23,5 % 16,3%
Émissions de carbone et pollution atmosphérique limitées 43,0 % 26,6%
ST Conformité / législation 42,8 % 31,9%
Anticiper les futures politiques publiques restrictives 35,9 % 24,6%
Pouvoir conduire dans une zone où les véhicules les plus polluants sont interdits 25,9 % 19,0%
Pouvoir conduire en période de circulation alternée 25,3 % 17,7%
ST RSE & Image 41,5 % 30,1%
Pour améliorer l’image de votre entreprise 34,2 % 25,5%
Pour respecter votre politique RSE 32,9 % 24,3%
Procure une conduite confortable, peu bruyante 19,4 % 16,5%
Pour répondre aux demandes de vos employés 18,6 % 16,9%
Autres 0,8 % 0,7%
ST Au moins une raison 57,9 % 40,4%

Contraintes Véhicules hybrides Véhicules électriques à batterie
ST Peu ou pas de points de recharge 77,7% 77,2%
Aucune borne de recharge dans les locaux de votre entreprise 55,4% 51,5%
Aucune solution de recharge au domicile de vos employés 44,3% 45,9%
Gamme de modèles limitée pour ce type de véhicules 48,5% 55,3%
Prix d’achat plus élevé que dans le cas d’une voiture à essence ordinaire 61,0% 61,3%
Nombre de bornes de recharge publique 58,3% 61,2%
Préoccupations concernant la fiabilité 29,7% 32,2%
Réticence de vos employés à conduire de tels véhicules 18,6% 22,8%
Autres 8,6% 12,0%
ST Au moins une 92,1% 93,2%

Source : Arval Mobility Observatory / Kantar

Pour le président de l’Arval Mobility Observatory, il y aura là encore une phase de transition, durant laquelle l’hybride rechargeable permettra d’habituer les collaborateurs à rouler en électrique sans crainte concernant l’autonomie. Il estime en outre que la location aura un rôle à jouer pour changer les dispositions d’esprit. 66,8 % des sondés jugent d’ailleurs que la LLD leur permettra d’accéder plus facilement aux VE.

À noter enfin que 55,3 % des répondants ont déclaré qu’ils modifieraient le choix des énergies dans leur politique automobile afin de s’adapter à la nouvelle norme d’homologation WLTP.

Quelles mesures prendrez-vous pour vous adapter aux essais WLTP ?

Modification du choix des énergies dans votre politique automobile pour atteindre les objectifs en matière de valeurs limites d’émissions de CO2 définis dans votre entreprise 55,3%
Augmentation des seuils limites d’émissions de CO2 32,8%
Augmentation du budget de TCO 20,7%
Aucun impact 15,0%
Autres 1,9%
Ne sait pas 15,8%
ST Au moins une 69,2%

Source : Arval Mobility Observatory / Kantar

Reste à savoir quel sera l’impact de l’épidémie de covid-19 et des mesures de confinement sur les tendances révélées par ce baromètre ? « La situation que l’on vit actuellement va impliquer une parenthèse dans ces évolutions, estime François Piot. Mais les conclusions du baromètre depuis plusieurs années montrent une tendance de fond. Dès que les choses reviendront en place, il y aura probablement une montée de l’électrique avec une phase hybride rechargeable. »

PARTAGER SUR