Arval maintient sa progression en Europe

Même si la fermeture du marché algérien aux véhicules d’occasion a coûté 700 euros par véhicules à Arval et amputé une part significative de son résultat, ce loueur maintient une belle croissance en Europe.

- Magazine N°118
388

Afin 2005, Arval comptabilisait un parc total loué de 468 845 véhicules (+ 8,3 %) et un parc géré de 606 843 unités (+ 0,8 %).comme le signalent les responsables d’Arval, « ces résultats ont été enregistrés dans un marché très concurrentiel rendu particulièrement délicat du fait du fléchissement des prix des véhicules d’occasion sur la plupart des marchés européens ». Ainsi, précise Laurent Treca, Président d’Arval, « au plan international, face aux services d’achats développés par les grands groupes qui interviennent au niveau européen, Arval a pu compter sur sa structure IBO (International Business Organisation). Celle-ci a enregistré une progression de + 25 % de son parc de véhicules, soit 30 000 unités supplémentaires ». De même, indique Laurent Treca, « nous avons lancé au bon moment « Arval Trading », dont l’activité est dédiée à la vente de véhicules d’occasion à l’international. Le but de cette structure est d’acheter et de revendre des véhicules dans les différents pays en profitant des différences de prix. Cette activité de revente VO qui débute chez Arval est particulièrement bienvenue au regard des conséquences de la fermeture des frontières algériennes aux véhicules d’occasion ». Ce loueur qui revend 50 000 VO par an estime ainsi la perte issue de la fermeture de ce canal de ventes de VO à 700€ par véhicule. En tout cas, pour le Directeur général d’Arval, Philippe Noubel, ce phénomène illustre parfaitement le message des loueurs lorsqu’ils expliquent le risque pris à la place de leurs clients en matière de revente de véhicules. « Sur le stock, nous assumons, mais sur la production nouvelle, les conditions tarifaires que nous proposons doivent augmenter. En intégrant en plus la hausse des taux d’intérêts, les loyers de LLD devraient croître de l’ordre de 150 € par an », explique Philippe Noubel.

En France, Arval avoue avoir réalisé une excellente année commerciale : avec 58 758 voitures mises à la route (+ 14 %) et une progression de 4 % du parc financé, soit 169 572 véhicules. Le loueur compte désormais accélérer son développement auprès des PME et des artisans. Enfin, pour 2006, sur un marché européen estimé en hausse d’environ 4 à 5 % par les responsables d’Arval, ce loueur espère bien encore atteindre une croissance à deux chiffres.