Audi A5 : nouvelle et plus sobre

Restylage traditionnel à mi-parcours pour l’Audi A5, la grande berline coupé, qui en profite pour adopter les récentes motorisations à hybridation légère.

662
Audi A5

Née en 2007, l’Audi A5 fête la mi-vie de sa deuxième génération lancée en 2016 sur une toute nouvelle plate-forme plus légère et plus rigide (voir l’essai). Bien née avec l’élégance sportive qui a fait son succès, la seconde génération en a accentué les codes pour ce restylage afin de plaire à une clientèle plutôt masculine : la calandre s’aplatit tout en s’élargissant alors que les phares se font encore plus effilés.

Les motorisations de la grande A6

Mais c’est sous le capot avant que les choses changent vraiment avec l’adoption des récents 2.0 TDI (163 ch, 370 Nm, 98 g-104 g) et TFSi (190 ch, 131 g-136 g) avec une hybridation légère de 12 V. Ils seront complétés par le 2.0 TDI de 204 ch et 400 Nm, par le 2.0TFSI de 245 ch ou le 3.0 TDI (347 ch, 700 Nm, 160-162 g). Ces derniers fonctionnent en 24 V, ils favorisent la sobriété et ouvrent l’accès à la transmission Quattro. Les commandes seront ouvertes à partir d’octobre prochain, avec de premières livraisons planifiées pour début 2020.