Audi travaille sur le verdissement de sa production

En amont de la COP25, Audi a fait le point sur les premiers résultats de son « CO2 program » consacré à la réduction des émissions de CO2 sur la chaîne logistique et les processus de production.

605
Audi CO2 program - En 2018, Audi a économisé environ 90 000 tonnes de CO2 grâce à la boucle fermée en aluminium du site de Neckarsulm.
En 2018, Audi a économisé environ 90 000 tonnes de CO2 grâce à la boucle fermée en aluminium du site de Neckarsulm.

Dans le cadre du « Audi CO2 program », le constructeur a organisé 30 ateliers avec ses fournisseurs. « Dès la première année, nous avons identifié 50 mesures concrètes », s’est félicité Bernd Martens, membre du directoire d’Audi AG en charge des achats et de l’informatique. En tête : le recours à des cycles fermés de matériaux, l’usage accru de matériaux secondaires, l’utilisation de matériaux recyclés dans les composants plastiques ou encore une alimentation avec de l’électricité d’origine renouvelable. Ces mesures doivent être mise en œuvre avec les fournisseurs de la marque d’ici 2025, avec un « potentiel de réduction des émissions de CO2 de 1,2 t par voiture » d’après Audi.

Le constructeur mise en premier lieu sur l’optimisation de la production d’aluminium, très coûteuse en énergie. Un approvisionnement en cycle fermé est ainsi testé depuis 2017 dans l’usine de Neckarsulm. « Les chutes de tôle d’aluminium produites dans l’usine de presses sont retournées directement au fournisseur où elles sont préparées et retraitées », explique Audi qui récupère ensuite ces nouvelles tôles d’aluminium pour sa production. Cette mesure aurait permis à Audi de réduire ses émissions de CO2 d’environ 90 000 t en 2018, si bien que le procédé doit être dupliqué dans d’autres usines à l’avenir.

Le constructeur veut en outre augmenter la proportion de composants fabriqués à partir d’aluminium recyclé. Enfin, lors des nouvelles commandes de cellules de batteries haute tension, Audi exige de ses fournisseurs qu’ils utilisent de l’électricité d’origine renouvelable pour les produire. De nouveaux ateliers seront organisés l’an prochain dans le but d’identifier d’autres pistes de travail.

PARTAGER SUR