Audi mise sur l’e-gas en Allemagne

Pour Audi, Francfort constituera l’occasion de rappeler son engagement en faveur du GNV en tant qu’énergie renouvelable, et plus particulièrement de l’e-gas produit par le constructeur.

2591
Audi e-gas
Audi A5 Sportback g-tron dynamic photo, colour: daytona grey Audi A4 Avant g-tron dynamic photo, colour: scuba blue

En Allemagne, le recours au GNV dans les transports se trouve nettement plus répandu qu’en France. Un gaz naturel qui présente de nombreux avantages, comme celui de se montrer moins polluant qu’un carburant traditionnel, tout en préservant agrément et performances du véhicule qu’il alimente. De quoi susciter l’intérêt des constructeurs automobiles.

Audi produit son e-gas

Mais Audi va plus loin en expérimentant la production de gaz naturel de synthèse par différents procédés, dont l’électrolyse et la méthanisation, à partir notamment de l’énergie fournie par les éoliennes. Un fonctionnement au schéma complexe mais avec à la clé une énergie renouvelable.

Chaque utilisateur en Allemagne d’une Audi g-tron se transforme donc en acteur de la mobilité durable : de fait, telle une compensation, la firme aux anneaux alimente le réseau de distribution existant avec le méthane de synthèse qu’elle produit, dénommé e-gas, sur son site de Werlte dans le nord du pays.

Après l’A3 Sportback et l’A4 g-tron, Audi va donc mettre en avant sur son stand à Francfort des A4 Avant et A5 Sportback g-tron, témoignant ainsi que le déploiement se poursuit dans la gamme. Malheureusement, en raison de l’absence d’une filière d’approvisionnement en GNV sur le domaine public dans l’Hexagone, Audi n’a nulle intention de faire traverser le Rhin à ces nouveaux modèles.

La dernière brève sur Audi et l’e-gas.

PARTAGER SUR