Audi connecte ses véhicules aux feux rouges d’Ingolstadt

Le constructeur allemand va étendre son service « Traffic Light Information », déjà disponible aux États-Unis, à plusieurs villes européennes, en commençant par Ingolstadt, en Allemagne.

818
Audi Traffic Light Information
Source : Audi

Après les États-Unis en 2016, Audi introduit en Europe la technologie « Traffic Light Information », basée sur la communication V2I (vehicle-to-infrastructure). Dès le mois de juillet, le constructeur connectera plusieurs nouveaux modèles de série avec les feux de signalisation de la ville d’Ingolstadt, en Allemagne.

Le véhicule pourra ainsi indiquer à son conducteur la vitesse optimale pour ne pas avoir à s’arrêter au prochain feu rouge. Si cela n’est pas possible dans la limite de vitesse autorisée, un compte à rebours s’affichera avant le passage au vert. Ces deux fonctionnalités ont été baptisées Glosa (pour Green Light Optimized Speed Advisory) et « Time to green ».

L’Audi e-tron et les futurs A4, A6, A7, A8, Q3, Q7 et Q8 dont la production commencera mi-juillet sont concernés, à condition toutefois de disposer du pack « Audi connect Navigation & Infotainment » et de l’option « reconnaissance des panneaux de signalisation par caméra ».

Audi Traffic Light Information
Source : Audi

Vers plus de villes et de fonctionnalités

D’autres villes européennes seront également équipées à partir de 2020. « La vitesse à laquelle les autres villes sont connectées à cette technologie dépend avant tout de l’établissement de normes et d’interfaces de données et de la numérisation des feux de circulation », précise Andre Hainzlmaier, responsable du développement des applications, des services connectés et de la smart city chez Audi.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Audi envisage déjà des fonctionnalités supplémentaires, comme une utilisation accrue de l’énergie de freinage à l’approche d’un feu tricolore, voire même un freinage automatique grâce à un régulateur de vitesse adaptatif prédictif. En outre, selon Andre Hainzlmaier, les données anonymisées de circulation des véhicules pourraient à terme contribuer à améliorer les phases des feux de signalisation et à optimiser le flux de circulation dans les villes.