Innovation automobile : que révèlent les demandes de brevet ?

Preuve de la dynamique actuelle du marché, le transport a représenté le principal sous-domaine technologique des demandes de brevet en France en 2017.

1783
Top 10 deposants brevets 2017 inpi
En 2017, les quatre premières places du palmarès des demandes de brevet de l'Inpi sont restées inchangées par rapport à 2016. Mais les deux premiers, Valeo et PSA, sont repassés au-dessus de la barre des 1 000 demandes publiées sur une année. (c) Inpi

En 2017, 3 042 demandes de brevet, soit 20 % des demandes, concernaient le secteur des transports selon le palmarès publié par l’Inpi. Ces demandes proviennent à 68 % des 20 plus gros déposants de brevets (2 073 demandes). En tête : le Groupe PSA avec 666 demandes, suivi par l’équipementier automobile Valeo (382), le Groupe Renault (230), Michelin (285), Bosch (193), Continental (140) et Alstom (101).

En observant plus précisément les secteurs concernés par les demandes de brevet, l’Inpi met en lumière les grandes tendances de l’innovation : véhicules connectés, motorisations en particulier électriques, mais aussi amélioration de l’ensemble des équipements des pneumatiques aux essuie-glaces.

Ainsi, les demandes de brevet de Valeo ont principalement porté sur l’optique, les embrayages, les essuie-glace des véhicules, les échangeurs de chaleur, l’électricité et l’électronique. Du côté de PSA et Renault, on retrouve tous les domaines ayant trait à l’automobile : moteurs, embrayages, éléments mécaniques, serrures, sièges, etc.

De la mécanique, de l’électronique, de l’électrique ou encore de la chimie

Les demandes de Michelin touchent spécifiquement les pneus mais aussi des procédés chimiques telle la synthèse de polymères. Bosch s’est concentré sur les essuie-glace et l’électronique des véhicules, tandis que Continental a innové dans les domaines des moteurs à combustion, des techniques de mesure (détection, capteurs) et de l’électronique. Enfin, les demandes de brevet d’Alstom ont concerné les véhicules, notamment ferroviaire, et l’électricité (machines et systèmes électriques).

On peut également noter les demandes de brevet de deux grands organismes de recherche ; Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a effectué 684 demandes de brevet en 2017, notamment dans les domaines de l’électronique, et plus particulièrement les couches de semi-conducteurs et les piles à combustible. Les 175 demandes déposées par IFP Énergies nouvelles concernaient quant à elles principalement les procédés chimiques dont le traitement des hydrocarbures et les catalyseurs, ainsi que les moteurs à combustion et le traitement des fluides liquides ou gazeux.

PARTAGER SUR