Un nouveau consortium pour développer l’écosystème des véhicules connectés

Sept entreprises viennent de créer l’« Automotive Edge Computing Consortium ». Son but : augmenter la capacité du réseau en prévision du développement des voitures connectées.

2826
Véhicules connectés

Le consortium regroupe des sociétés de l’industrie automobile (Denso Corporation, Toyota Infotechnology Center Co, Toyota Motor Corporation), de la téléphonie (Ericsson, Nippon Telegraph And Telephone Corporation) et de l’informatique (Intel Corporation, Ntt Docomo Inc.).

Ensemble, ils veulent « développer un écosystème pour les voitures connectées afin de soutenir les services émergents tels que la conduite intelligente, la création de cartes avec des données en temps réel et une assistance de conduite basée sur le cloud computing. »

Véhicules connectés : le défi de la gestion des données

L’enjeu est d’anticiper au mieux la croissance du nombre de véhicules connectés, et donc des données à analyser, traiter et stocker. Toyota estime ainsi que le volume de données transitant entre véhicules et cloud atteindra 10 milliards de milliards de bytes par mois à l’horizon 2025, soit près de 10 000 fois plus qu’aujourd’hui.

Pour supporter un tel changement d’échelle, le consortium mise sur le « edge computing » ou « informatique décentralisée » : une architecture de réseau conçue pour l’internet des objets, où les ressources de calcul sont distribuées et non plus centralisées comme dans le « cloud computing ». Le groupement d’entreprise travaillera plus particulièrement à définir des exigences et des cas d’utilisation, en vue d’une future standardisation. D’autres entreprises seront invitées à rejoindre le consortium dans les prochains mois.

PARTAGER SUR