Autopartage : 23,8 millions d’utilisateurs dans le monde en 2017

Selon un rapport du cabinet d’études Berg Insight, le nombre de véhicules en autopartage dans le monde devrait tripler entre 2017 et 2018, porté par le développement des outils télématiques permettant notamment le « free floating ».

4986
Autopartage

C’est la seconde fois que Berg Insight, spécialiste de la communication machine-to-machine (M2M) et de l’internet des objets (IoT), s’intéresse à l’autopartage. Dans la seconde édition de son rapport intitulé « The Carsharing Telematics Market », le cabinet d’études a passé en revue les acteurs du marché et a estimé sa croissance future.

Et pour cela, une définition s’imposait. Par autopartage, ou « car sharing », Berg Insight entend « un service décentralisé de location de voitures, axé sur la location à court terme et qui complète d’autres modes de transport, y compris la marche à pied, le vélo et les transports publics. » Le service est facturé à l’utilisation, à la minute ou à l’heure et à la distance parcourue, avec des tarifs incluant le carburant, l’assurance et l’entretien.

Autopartage en entreprise : 136 000 véhicules en 2022

Selon Berg Insight, « ce marché naissant est actuellement dans une phase de forte croissance qui devrait se poursuivre dans les années à venir. » Le cabinet estime ainsi que le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage dans le monde devrait passer de 23,8 millions en 2017 à 60,8 millions en 2022, au rythme de + 20,6 % tous les ans. En parallèle, le nombre de véhicules partagés grimperait de 214 000 unités en 2017 à 705 000 fin 2022, soit + 26,9 % par an. Le marché de l’autopartage en entreprise regrouperait quant à lui 35 000 véhicules à fin 2017 et devrait atteindre environ 136 000 véhicules en 2022.

Ce développement est porté tout d’abord par la multiplication des acteurs sur le marché. « Les services d’autopartage sont offerts par des sociétés spécialisées dans l’autopartage, des sociétés de location de voitures, des constructeurs automobiles, ainsi que par d’autres acteurs tels que les opérateurs de transport public », a commenté Martin Svegander, analyste IoT chez Berg Insight.

Si bien qu’aujourd’hui, il y a plus de 500 fournisseurs de services d’autopartage dans le monde. « Et les 25 premiers d’entre eux détenaient environ 85 % de part de marché en termes de nombre de membres et géraient près de 60 % du parc automobile mondial à la fin de 2017 », a détaillé Martin Svegander.

Les plates-formes logicielles, les systèmes de télématique embarquée et les applications sur smartphone constituent des éléments clés pour le développement des services d’autopartage. Un marché qui compte aussi des fournisseurs de plus en plus nombreux tels Invers, Convadis, Omoove, Good Travel Software, Vulog, Ridecell, Targa Telematics ou encore OpenFleet.

Le « free floating » de plus en plus populaire

En permettant de gérer plus finement les flottes en autopartage et de faciliter l’accès au véhicule, ces solutions logicielles ont permis l’essor du « free floating », un modèle qui gagne rapidement en popularité. Il permet de prendre et de déposer une voiture n’importe où dans une zone désignée où le stationnement est autorisé, et non plus dans une station spécifique. De plus, il ne nécessite pas de réservation préalable ou de programmer une heure de retour.

Selon Berg Insight, le « free floating » représentait 40 000 voitures en 2017, soit 19 % du parc, ainsi que 5,6 millions de membres, soit 24 % du marché. Et le cabinet prévoit que le « free floating » atteindra 14,3 millions de membres et environ 102 000 véhicules d’ici fin 2022.

« L’autopartage en free floating est maintenant disponible dans une vingtaine de pays et environ 55 villes dans le monde entier », a indiqué Martin Svegander. En tête de file : l’Europe et l’Amérique du Nord. « En Europe, le free floating représentait plus de 65 % des membres de l’autopartage à la fin de l’année 2017 », a en effet précisé M. Svegander.

Le constructeur Daimler avec son service de « free floating » Car2Go est leader du marché, avec 3 millions de membres enregistrés fin 2017. Daimler a de plus récemment fusionné ses activités de services de mobilité avec BMW, dont le service DriveNow regroupe plus de 1 million d’utilisateurs.