Autopartage : des coûts surveillés

Les flottes en autopartage s’imposent. Un partage qui peut passer par une simple mutualisation, comme chez Pizzorno Environnement.

- Magazine N°238
1295
Stephane Belair, responsable de la flotte de Dentsu Aegis Network France.
Stéphane Belair

« Pour les services “social” et “supports”, deux ou trois véhicules de service sont proposés. Avec des VU dérivés VP, C3 ou Clio, ce fonctionnement se substitue aux véhicules de LCD », explique François Feracci. Ce directeur matériel et parc gère 1 300 véhicules pour le spécialiste de la collecte et du recyclage des déchets (voir son témoignage).

Mais d’autres entreprises vont plus loin pour offrir des solutions de mobilité à leurs salariés sans véhicule de fonction. Une flotte complémentaire dont les coûts peuvent aussi être maîtrisés. « Nous voulons apporter des solutions supplémentaires de mobilité », justifie Pierre Boscart de Bouygues...