Autopartage : les flottes se mettent timidement au collaboratif

Promis à un bel avenir, l’auto-partage suscite des vocations parmi les prestataires, avec une offre de plus en plus pléthorique. Mais il lui reste à s’imposer au sein des entreprises. Si celles-ci sont plutôt intéressées, les modèles partagés ne constituent encore qu’une infime partie de la totalité des véhicules utilisés par les professionnels.

- Magazine N°204
890
Autopartage : les flottes se mettent  timidement au collaboratif

Avec deux parrains de poids autour de ses fonts baptismaux, l’auto-partage renforce ses chances de réussite. En septembre dernier, Renault et Bolloré ont annoncé en grande pompe la signature d’un accord stratégique dans les domaines industriels et commerciaux. Premier volet, à partir du milieu de 2015, Renault assemblera la Bluecar, le véhicule électrique de Bolloré, dans son usine de Dieppe.

Les deux groupes vont aussi créer une filiale commune pour multiplier les systèmes d’auto-partage dans les grandes métropoles comme Bolloré l’a déjà fait à Paris avec Autolib’, mais aussi à Lyon, Bordeaux, Indianapolis et Londres. Détenue à 70 % par...

PARTAGER SUR