Avant-première : à bord du Toyota Yaris Cross

Le SUV citadin Toyota Yaris Cross dévoile ses tarifs, soit 26 500 euros TTC en Business, et laisse aussi voir et toucher son habitacle. Avant-première.
1682
Toyota Yaris Cross

L’ouverture des commandes pour le Toyota Yaris Cross se fera le 2 mai prochain (voir notre précédente brève). Mais nous avons déjà pu approcher et monter à bord de ce futur petit SUV urbain (4,18 m de longueur). Son objectif : bousculer ce segment B où règnent en maître le Peugeot 2008, le Renault Captur et le Dacia Duster. Ce Yaris Cross veut donc se démarquer de ceux-ci en proposant une vraie motorisation « full hybrid » de 116 ch – celle de la Yaris. Mais Renault vient de lancer cette dernière sur son Captur. Toyota y ajoute une version 4×4 avec un moteur électrique sur le train arrière. Celui-ci servira surtout pour évoluer en montagne ou sur la neige.

Des prix serrés

La différence se fera alors sur son tarif puisque le prix d’accès pour ce Yaris Cross est fixé à 25 000 euros TTC en Dynamic. Cette finition sert de base à la finition Business à 26 500 euros TTC qui y ajoute la navigation, les radars de stationnement, les antibrouillard et des jantes de 16 pouces. En plus de la caméra de recul, de la climatisation auto et de l’écran 8 pouces compatible Apple Car Play et Android Auto. Pour accéder à la version 4×4, il faudra ajouter 2 000 euros. Ce qui entraînera par ailleurs un CO2 à 107 g contre 102 g en traction avant.

Très bonne habitabilité et modularité

Ce Toyota Yaris Cross a plutôt belle allure. Il a su capitaliser sur le nouveau style de la Yaris, tout en renonçant à la face avant en « X » qui sur-jouait le côté baroudeur du design de Toyota jusque-là. À l’intérieur, l’espace est bien réel à l’avant comme à l’arrière avec une banquette fractionnable. Un coffre modulable de 397 l (327 l en 4×4) permet une polyvalence appréciable. La planche de bord s’est aussi un peu assagie en termes de style avec des lignes simples et claires. En revanche, les poignées de porte sont un peu trop travaillées et, somme toute, compliquées.

Un seul concurrent « full hybrid »

Enfin, le bandeau central horizontal de la planche de bord est en plastique moussé et présente un bon niveau de qualité perçue. Mais on regrettera que le haut et le bas de cette planche de bord, tout comme l’intégralité des contre-portes et plastiques intérieurs, soient sans garniture et durs au toucher, tout en sonnant creux. La différence de prix de 1 200 euros, en faveur du Yaris Cross par rapport au Renault Captur E-Tech, s’explique alors facilement, même si ce dernier aligne 145 ch (voir la brève). Un choix assumé par Toyota.