Avec la crise économique, les ventes d’utilitaires font grise mine

C’est bien connu, quand les ventes de véhicules tirent à la baisse, chaque constructeur tente de maintenir son volume de ventes en gagnant de nouvelles parts de marché sur ses concurrents… C’est justement ce que l’on observe en France dans les ventes de véhicules utilitaires.

- Magazine N°148
437

Les ventes de véhicules utilitaires ont aussi été sensibles à l’impact de la crise économique l’an passé. Les taux de croissance permanents des années précédentes ont laissé la place en 2008 à une évolution du marché plutôt atone. Avec un total de 385 740 unités vendues à des entreprises en 2008, le marché du VU marque en effet une pause (+ 0,1 %). A noter qu’il ne s’agit ici que des immatriculations réalisées par des entreprises. Au global cette fois, et en intégrant les ventes de véhicules utilitaires aux particuliers (camping-cars), ainsi que les véhicules de démonstrations et les ventes aux usines, le marché de l’utilitaire a atteint l’an passé 460 275 unités, en baisse de -0,8 %.

Des hauts et des bas dans le VU

Un marché 2008 où les vainqueurs ont été Fiat, Citroën, Volkswagen et, dans une moindre mesure, Peugeot. Fiat a en effet affiché en 2008 la plus forte croissance des marques généralistes utilitaires avec une progression de 10 %. Aussi, l’ambition de Fiat Professional dont la part de marché s’établit à 8 % en 2008 contre 7,25 % en 2007, est de conforter sa place de 4ème acteur du marché français des véhicules utilitaires et de dépasser durablement les 8 %.

VW de son côté a progressé de 4 % tandis que Citroën, comme cette marque s’y était engagée l’an passé, a comblé son recul en progressant cette fois de 9 % dans ses ventes VU. Peugeot enfin, est la dernière marque à enregistrer une hausse de ses ventes en 2008 avec une progression de 1,5 %.

Ces exemples sont à comparer avec les baisses de – 6,4 % de Ford, – 3,9 % de Mercedes, – 5 % chez Iveco, – 16 % chez Nissan ou – 8 % chez Opel. Renault, n°1 des ventes d’utilitaires en France limite la baisse avec un recul de seulement – 3,8 %, lequel n’impacte pas sa part de marché : 31,5 % des ventes d’utilitaires et 144 750 unités.

Les fourgonnettes sont en progression

Si l’on examine les ventes 2008 par grandes catégories d’utilitaires, on constate immédiatement que l’impact «nouveautés» a joué à fond l’an passé. On enregistre en effet la baisse de – 16,6 % des ventes de pick-up à 10 850 unités ainsi que celle des berlines commerciales de – 2,5 % pour un total de 129 387 unités.

Dans le même temps, les ventes d’utilitaires compacts (type Trafic, Expert ou Jumpy) baissent de – 6,5 % à 78 103 unités et celles des utilitaires lourds (type Ducato, Master ou Sprinter) reculent de – 2,2 % avec 140 872 unités.

Ainsi, le seul segment à avoir progressé est celui des fourgonnettes : + 10,2 % avec 110 536 unités. Et c’est aussi sur ce segment que sont apparues en 2008 les petites Citroën Nemo, Peugeot Bipper et Fiat Fiorino, lesquelles, en créant une nouvelle catégorie de fourgonnettes compactes, ont pu bénéficier de l’engouement du marché. Ce n’est donc pas sans raison que Fiat, Citroën et Peugeot enregistrent comme on l’a vu et chacun à leur niveau, une progression de leurs ventes.

Le partenariat PSA-Fiat tire des profits

Autre nouveauté 2008, le Renault Kangoo n’a pas provoqué, lui, le sursaut de ventes attendu. C’est même un recul de ses ventes de – 6,2 % que la marque au losange enregistre, même si ce modèle caracole largement en tête des ventes de son segment avec 38 145 unités. Dans le même temps, les ventes de Peugeot Partner et Bipper ont progressé de 26 %, celles de Citroën Nemo et Berlingo ont augmenté de 21,5 % et celles des Fiat Fiorino et Doblò sont en croissance de 57 %. . . VW avec son Caddy arrive à tirer lui aussi son épingle du jeu avec une progression de ses ventes de + 13 %.

Sur le registre des utilitaires compacts, on peut noter les hausses de 10 % des ventes de Citroën Jumpy, de 13,4 % de Fiat Scudo et de 10,8 % de Nissan Primastar. Dans le même temps, celles du Renault Trafic baissent de – 11 %, tout comme celles du Mercedes Vito ou de l’Opel Vivaro. Le Peugeot Expert chute aussi de – 8,7 % et le VW Transporter recule de – 12,8 %.

Enfin, toujours en 2008, les utilitaires lourds ont eux aussi souffert, puisque seuls les Citroën Jumper (+ 1,3 %), VW Crafter (+ 6,8 %), Mercedes Sprinter (+ 0,8 %), l’Opel Movano (+ 14 %) et le Fiat Ducato (+ 0,3 %) parviennent à une progression de leurs ventes.

Un marché du VU à la baisse

De fait, rares sont les constructeurs à envisager que les ventes VU puissent redémarrer dès cette année. De – 15 % pour Toyota à – 20 % pour GM, la plupart des marques interrogées prévoient plutôt pour 2009 une baisse conséquente des ventes d’utilitaires.

Pour Luc Chausson, Directeur des utilitaires VW, « Les ventes VU en France cette année devraient être d’environ 5 à 10 % inférieures à celles de 2008. Actuellement, et depuis trois mois, les ventes sont en recul mais nous estimons que si le marché de l’utilitaire et des entreprises avait dû s’effondrer, il l’aurait fait, en novembre dernier, au plus fort de la crise. Ce qui n’a pas été le cas. »

Chez Renault, François Guionnet, Directeur de Renault Parc Entreprises, estime pour sa part que « le marché des véhicules utilitaires va connaître une baisse significative. Les résultats constatés au cours de ces premiers mois de 2009 nous confortent dans cette analyse ». Plus optimiste, Arnaud de Lamothe chez Citroën, estime cependant que « la prime à la casse sur le VU pourrait soutenir significativement le marché ». Un point de vue que ne partage pas Christophe Bertoncini, Directeur de Fiat Professional France, qui estime que « sur les véhicules utilitaires, le super bonus de 1 000 € sur les VU mis à la casse n’aura que peu d’effets car sur ces modèles, les clients sont plutôt des acheteurs de modèles d’occasion ».

Un recul de 20 %. . .

Il est vrai que si l’on suit les statistiques de ventes, le marché du véhicule utilitaire n’a pas encore redémarré. Au terme du premier trimestre, c’est même un recul de 21,8 % qui était enregistré par les constructeurs sur ce marché. Avec des variantes, selon le rang des différentes marques sur le podium des ventes. Ainsi, Renault, bon leader sur le marché, recule de – 28,5 % quand Citroën ne baisse que de – 9 % et Peugeot de – 18,7 %.

Reste que les marques importées ne sont pas moins sensibles à la chute des ventes puisque Opel perd – 46,6 %, Mercedes – 28,9 %, Nissan – 22,4 %, Ford – 22 % et Volkswagen – 20 %.

Modèle par modèle, la chute du premier trimestre prend toute sa signification puisque seuls le Citroën Berlingo (+ 13,5 %) et le Fiat Ducato (+ 2 %) parviennent à une progression. Pour les autres constructeurs, même la référence imagée de la Bérézina est trop faible pour illustrer les pertes de ventes enregistrés sur certains de leurs modèles : Renault Kangoo (- 25,6 %), Trafic (- 33,2 %), Master (- 34,7 %), Peugeot Boxer (- 53 %), Expert (- 36,6 %), Citroën Jumper (- 40 %), VW Crafter (- 25,8 %), Ford Connect (- 36 %), Opel Combo (- 49,3 %), Movano (- 64 %), Vivaro (- 41,5 %), Mercedes Sprinter (- 34,6 %). . .

Des nouveaux modèles pour sortir de la crise

Si les nouveautés produits sont l’ultime recours pour réanimer la progression des ventes des constructeurs en cette période de crise, force est de constater qu’elles ne seront pas légion au cours de l’année. Chez Renault, tout comme chez Opel, le renouvellement de la gamme Master et Movano va s’opérer au cours du second semestre de l’année et soulager certainement la baisse des ventes actuelles de ces deux marques.

Chez Ford, c’est le Transit Connect qui va connaître quelques modifications de style et adopter de nouvelles motorisations. Surtout, chez Fiat à l’automne, c’est le nouveau Doblò qui devrait être présenté. La marque italienne proposera aussi cette année une version GNV du Ducato et du Fiorino.

Autre nouveauté chez Nissan, le lancement du NV200 qui permet au partenaire japonais de Renault de reprendre son indépendance dans le domaine des fourgonnettes et d’éliminer de sa gamme, la version Kangoo rebadgée Nissan Kubistar.

Enfin, en 2009, la gamme VU de Volkswagen devrait également évoluer avec le lancement d’une nouvelle version du Transporter revu sur le plan esthétique et technique. Dans un second temps, apparaîtra une version du VW Crafter équipé d’un système Stop& Start. Des nouveaux véhicules donc, reste à savoir si leur impact sera suffisant pour relancer les ventes d’utilitaires au cours de l’année.

PARTAGER SUR