Étude Avere : les propriétaires sont satisfaits de leurs véhicules électrifiés

Selon l’Avere-France, 96 % des propriétaires de véhicules électrifiés (électriques et hybrides rechargeables) sont satisfaits de leur achat. Un taux record de satisfaction selon l’institut Ipsos qui a mené l’étude. Néanmoins, 68 % rencontrent encore des difficultés pour la recharge.
1050
Avere véhicules électrifiés
Photo d'illustration (C) Avere

Selon le dernier baromètre de l’Avere, les Français se tournent de plus en plus vers les véhicules légers électrifiés rechargeables. En effet, leur part atteignait 10 % du marché automobile français en octobre 2020, soit + 198 % par rapport à octobre 2019. Mais pourquoi un si grand engouement ?

À l’initiative de l’Avere, l’Ipsos a mené un sondage en ligne auprès de 3 643 propriétaires de véhicules électrifiés, soit électriques ou hybrides rechargeables, entre le 27 juillet et le 8 septembre 2020. Ces propriétaires habitent de manière assez proportionnée soit dans une grande agglomération (33 %), soit en milieu rural (25 %), ou encore, dans une petite (21 %) ou moyenne (21 %) ville. Un équilibre en revanche non retrouvé dans le sex ratio… Parmi les répondants, seuls 18 % étaient des femmes contre 82 % d’hommes.

Un taux de satisfaction record…

Selon les résultats de l’Avere, 96 % des utilisateurs d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable sont « satisfaits » de leur achat, voire « très satisfaits » (70 %). « Dans nos consultations nous n’observons que très rarement, voire jamais, de tels taux de satisfaction », a commenté Federico Vacas, directeur adjoint du département Opinion d’Ipsos en charge de l’enquête.

Les propriétaires sont ravis par les caractéristiques de leur voiture (91 %), par son coût d’entretien peu élevé (84 %) mais aussi par la qualité de conduite procurée puisque 82 % ont adopté la pratique de l’éco-conduite suite à leur achat. Pour 94 % d’entre eux, le véhicule électrifié remplit ainsi les usages d’un modèle thermique équivalent.

… dû à l’autonomie

Moyen de transport principal pour 81 % des propriétaires, devant la marche (10 %), le vélo (8 %), la voiture thermique (7 %) et les transports en commun (7 %), la voiture électrifiée est même privilégiée à 71 % par la moitié de ceux qui possèdent également un véhicule essence ou diesel. Et ce, quel que soit le type de trajet : au quotidien (86 %), ou de manière ponctuelle pour les évènements/sorties (83 %) et les vacances/week-end (48 %). Les propriétaires ont notamment déclaré que l’autonomie est suffisante pour la majorité de leurs trajets. Par ailleurs, deux tiers des utilisateurs pensent rouler autant qu’avec un véhicule thermique (67 %) et même plus qu’avant (24 %) pour un quart d’entre eux.

L’accès aux points de recharge pose toujours problème

Cependant, 68 % des utilisateurs interrogés sont insatisfaits des bornes de recharge publiques (voirie, parking privé accessible au public, etc.) car elles sont fréquemment en panne (57 %) ou que d’autres voitures non électrifiées s’y garent (38 %). Pour mémoire, l’Avere a dénombré seulement 28 928 points de recharge électrique en France en octobre 2020.

Des points de recharge pourtant indispensables puisque les propriétaires de véhicules électrifiés les rechargent en moyenne trois fois par semaine. Dans le détail, entre trois et plus de six fois par semaine pour 74 % des utilisateurs d’un hybride rechargeable, et entre une et quatre fois par semaine pour 68 % des utilisateurs d’un véhicule électrique

À noter que 70 % d’entre eux peuvent recharger à domicile parce qu’ils habitent dans une maison ou parce qu’ils ont une place de parking attitrée. A contrario, 43 % ne peuvent pas recharger à domicile par manque d’emplacement personnel.

Un réseau à moderniser

L’Avere a donc identifié des pistes d’amélioration, à savoir : « une maintenance rapide des bornes de recharge, l’interopérabilité des bornes, la possibilité de paiement à l’acte, la mise en place de sanctions pour les véhicules stationnés sur les places destinées à la recharge, les informations sur la disponibilité des bornes ainsi que sur les tarifs de la recharge ».

Ainsi « le réseau existant doit être modernisé notamment à travers le programme Advenir qui contribuera à la mise à niveau des bornes en créant un financement dédié à leur “ rétrofit ” », a annoncé l’Avere.

En parallèle, le plan « Objectif 100 000 bornes » à fin 2021 du gouvernement, prévoit une enveloppe budgétaire de 100 millions d’euros pour le développement de 500 stations de recharge rapide, le long des autoroutes et sur le réseau routier national, équipées d’au moins quatre bornes d’une puissance de 150 kW chacune.