B100 exclusif en Crit’Air 1 : le point des Transports Blondel-Voisin

L’obtention de la vignette Crit’Air 1 par le B100 exclusif fait la une depuis avril. Sébastien Voisin, gérant des Transports Blondel-Voisin et utilisateur de B100 depuis 2019, fait le point.
2180
B100 exclusif Crit’Air 1
Sébastien Voisin (en photo) réclame le B100 comme carburant depuis 2007.

En avril dernier, un arrêté a attribué la vignette Crit’Air1 aux véhicules carburant au B100. Ce qui concrétise le vœu émis dès 2007 par Sébastien Voisin, gérant des Transports Blondel-Voisin (Bosrobert, 27800). Aujourd’hui, 50 de ses 100 Volvo Trucks roulent à l’Oleo100.

« C’est un carburant non dangereux et non polluant, rapporte-t-il. Livrant en citerne l’Oleo100 d’Avril, j’effectue mes propres approvisionnements entre deux tournées et augmente ainsi mon chiffre d’affaires. Comme je peux mélanger mon B100 flexible au gazole, je n’ai pas subi la pénurie de gazole survenue en Normandie. Je pourrai aussi revendre mes camions d’occasion puisqu’ils rouleront aussi bien au B100 qu’au gazole. Enfin, le B100 a changé l’image de mon entreprise. La première question des clients que je visite ne porte plus sur les prix, mais sur mon usage du B100 », expose-t-il.

Depuis février 2022, MAN propose des TGS et des TGX consommant du B100 exclusif.

B100 : des inconvénients mineurs

Sébastien Voisin a noté aussi les points faibles du B100, mais il s’en arrange. « Le surcoût du camion étant faible, mes clients me demandent de rouler à l’Oleo100 sans compensation financière, précise-t-il. Cependant, la consommation de B100 reste supérieure de 3 à 5 % à celle du gazole. Et si l’entretien est au même coût que celui d’un moteur diesel, il est deux fois plus fréquent. Mais je ne calcule pas la différence », poursuit ce gérant.

Mais seuls ses Volvo Trucks Euro VI Step D sont compatibles au B100. Sébastien Voisin devra donc renouveler ma flotte jusqu’en 2025 pour la faire rouler à 90 % au B100. « Enfin, mes poids lourds au B100 resteront Crit’Air 2 et ne pourront pas entrer dans les ZFE-m. Mais cela ne m’affecte pas car mes activités s’effectuent à la campagne. Au besoin, j’achèterai un Volvo B100 destiné à ces ZFE-m », poursuit-il.

Sébastien Voisin et un de ses chauffeurs, Christophe Jourdain, devant ses 50 Volvo Trucks roulant au B100.

B100 Crit’Air 1 : les limites

En revanche, Sébastien Voisin regrette que l’administration limite l’usage du B100. « Réserver son usage aux flottes captives empêche les transports longue distance si on ne le mélange pas à du gazole pour le retour, explique-t-il. Je l’ai déjà fait et les moteurs de mes véhicules n’ont jamais eu de problèmes. Mais il serait plus efficace de donner la vignette Crit’Air 1 à tous les camions consommant du B100, quelle que soit la quantité, et de permettre aux stations-service comme AS24 d’en distribuer », commente ce gérant. En évoquant une réduction de la consommation de gazole et des émissions de CO2 à l’échelle nationale.

« Le président Macron a annoncé la vignette Crit’Air 1 pour le B100 au 76e Congrès de la Fédération nationale des exploitants agricoles. C’est donc bien pour que les agriculteurs produisent en masse du colza et c’est ce qu’ils feront s’ils sont certains de le vendre », note Sébastien Voisin. Déjà, le groupe Avril prévoit 500 000 m3 de B100 pour le transport en 2025.

Transporteur du secteur agricole, Blondel-Voisin se satisfait du B100 pour réduire ses émissions de CO2.

PARTAGER SUR