Baromètre Axa Prévention : comportements à risque des « trottinettistes »

L’association Axa Prévention a étudié les comportements des Français sur les routes pour la 17e année consécutive. Son constat : si les automobilistes ont amélioré leurs comportements de conduite durant la crise sanitaire, c’est loin d’être le cas des « trottinettistes » qui prennent de plus en plus de risques.
4265
Axa Prévention comportements trottinettistes
Photo d'illustration © Jacques Delaire Flickr

Dans ce baromètre, Axa Prévention s’est particulièrement intéressé aux comportements des automobilistes mais aussi d’autres usagers de la route tels que les trottinettistes (lire les baromètres de 2018 et 2017).

Pour mener cette étude, l’institut Kantar a sondé, pour Axa Prévention, 2 196 personnes du 6 janvier au 6 février 2020. Puis, il a interrogé 2 161 personnes du 4 novembre au 18 novembre 2020. Ces deux échantillons étaient représentatifs de la population résidente en France métropolitaine et âgée de 18 à 75 ans.

Les automobilistes plus prudents qu’auparavant…

Selon le baromètre d’Axa Prévention, 53 % des automobilistes sont de « bons conducteurs » (+ 6 points comparé à 2019). Pourtant, 74 % d’entre eux roulent encore entre 10 et 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, quel que soit le type de routes empruntées. En 2019, ce pourcentage s’élevait à 81 % (- 7 points). Les excès de vitesse ont notamment diminué en ville : 27 % des automobilistes y roulent en moyenne à 65 km/h, soit – 3 points par rapport à 2019. Même si ce pourcentage reste élevé, « c’est le taux le plus faible depuis 17 ans », affirme Axa Prévention.

Les automobilistes sont encore 65 % à ne pas s’arrêter au feu orange. Néanmoins, ils étaient 71 % à le faire avant la crise sanitaire (- 6 points). « Ce taux est le plus bas enregistré depuis 2004 », pointe Axa Prévention. De plus, 34 % des automobilistes tournent ou doublent sans mettre de clignotant, contre 41 % en 2019 (- 7 points).

… malgré quelques perturbateurs

En outre, 14 % des automobilistes conduisent après avoir ingéré des médicaments pouvant altérer leur vigilance au volant. Un chiffre également en baisse (21 % en 2019 ; soit – 7 points).

Toutefois, 69 % des Français interrogés continuent d’utiliser leur téléphone en conduisant, contre 70 % en 2019 (- 1 point). En revanche, les conducteurs de deux-roues utilisent moins leur téléphone en roulant qu’avant : seuls 11 % passent des appels.

Nouvelles mobilités : des comportements à risque

Par ailleurs, les Français ont modifié leurs habitudes de déplacement pendant la crise sanitaire. Ils ont notamment privilégié l’usage des mobilités douces (vélo, trottinettes, hoverboard, etc.)

Cette évolution s’est toutefois accompagnée « de nouveaux comportements à risque, notamment chez les trottinettistes, qu’ils soient propriétaires ou adeptes du libre-service », s’alarme Axa Prévention. Le baromètre de l’association révèle effectivement que 40 % des sondés ne connaissent pas précisément la réglementation pour les engins de déplacement personnel motorisés (EDPM). Pire, 25 % n’en ont jamais entendu parler.

Ainsi, les utilisateurs d’EDPM bravent les interdits et n’ont pas le sentiment d’être soumis au Code de la route. 80 % des sondés déclarent rouler encore sur les trottoirs et 59 % passent à côté d’un piéton à vive allure.

Téléphone, alcool et stupéfiants pour les trottinettistes

Autre constat d’Axa Prévention : « L’usage du téléphone, la consommation d’alcool ainsi que la prise de stupéfiants ont explosé en 2020, ce qui a aggravé les comportements des trottinettistes. »

Dans le détail, 78 % des trottinettistes téléphonent en roulant, 72 % avouent envoyer ou consulter des SMS en conduisant et 65 % consultent leurs réseaux sociaux, soit respectivement + 23 points, + 25 points et + 19 points entre janvier et novembre 2020.

De même, 49 % des trottinettistes conduisent après avoir bu plus de deux verres d’alcool, soit deux fois plus que chez les automobilistes. Enfin, 45 % prennent le guidon de leur trottinette après avoir consommé des produits stupéfiants (cannabis et autres), contre seulement 2 % des automobilistes.

« La crise sanitaire mondiale participe à l’essor rapide des mobilités douces, qui s’accompagne de nouveaux comportements à risque. L’enjeu est de rendre ces trajets plus sûrs en développant des messages préventifs pour ces nouveaux usagers », indique Eric Lemaire, président de l’association. Axa Prévention publiera prochainement deux vidéos pédagogiques pour former et sensibiliser les usagers d’EDPM aux bons comportements sur la route. Elles porteront plus précisément sur les équipements et les règles de sécurité à respecter par les utilisateurs de trottinettes.