Baromètre Énergies L’argus 2021 : l’essence séduit toujours

D’après le baromètre Énergies de L’argus, les Français interrogés se tourneront préférentiellement vers un modèle essence ou hybride pour leur prochain achat de véhicule neuf, devant les motorisations diesel et électrique.
804
Baromètre Énergies 2021 de L'argus

Pour la 5e édition de son baromètre Énergies, L’argus a réalisé une enquête en ligne concernant les intentions d’achat de véhicules neufs ou d’occasion, entre le 28 mai et le 4 juillet 2021. Notons que le profil moyen des 1 825 répondants correspond à un profil similaire à celui de l’édition 2020 : un homme de 54 ans, retraité et vivant dans une petite ville.

Face à la hausse de prix des carburants, « les acheteurs sont à la recherche du choix le plus judicieux. Comme les offres des constructeurs, les intentions d’achat s’éparpillent, témoignant de la confusion grandissante », analyse L’argus.

Selon le baromètre Énergies de l’argus, l’essence revient en 2021 presque à son niveau de 2019 avec 29 % d’intention d’achat d’un véhicule de cette motorisation, soit + 6 points par rapport à 2020 et – 2 points par rapport à 2019.

« Avec un tarif aux alentours de 0,70 euros le litre en 2021, le prix du bioéthanol lié à une fiscalité moins lourde est une arme fatale pour l’essence, surtout quand le prix du sans plomb 98 atteint 2 euros le litre dans certaines stations-essence », indique L’argus dans son baromètre Énergies.

L’essence et l’hybride au coude-à-coude

La motorisation essence repasse ainsi devant l’hybride à 28 %, soit – 1 point par rapport à 2020 et + 5 points par rapport à 2019. Pourtant, l’offre en hybride simple et hybride rechargeable s’est considérablement développée en 2021 car la majorité des constructeurs proposent désormais des modèles hybrides. Dans le détail, parmi les 28 % de répondants qui ont l’intention d’acheter un véhicule hybride : 37 % se tourneront vers l’hybride rechargeable (PHEV), 32 % achèteront un hybride simple (HEV) et 9 % un véhicule mild hybrid.

Si « 78 % des possesseurs d’un véhicule hybride souhaitent acheter prochainement un véhicule hybride ou électrique », selon L’argus, les répondants du baromètre Énergies 2021 pointent encore des freins à l’achat d’un véhicule électrifié. Parmi les principaux problèmes avancés : la recharge (73 %, + 14 points), le manque d’autonomie (71 %, + 6 points), l’électrique ne serait pas plus écologique que son équivalent thermique (55 %, + 8 points) et le prix (54 %, + 4 points). Mais 17 % des sondés ont néanmoins l’intention d’acheter un véhicule électrique, soit + 3 points par rapport à 2020.

Pour l’achat d’un véhicule neuf, les répondants se tourneront ainsi préférentiellement vers un véhicule essence (27 %, + 5 points), hybride (29 %, – 5 points) ou électrique (21 %, + 4 points). En revanche, pour l’achat d’un véhicule d’occasion, les sondés achèteront plutôt un véhicule essence (38 %, + 6 points) ou diesel (30 %, – 9 points).

Le diesel en recul sauf pour le VO et les grands rouleurs

Par ailleurs, comme pour l’édition 2020, le baromètre Énergies 2021 de L’argus met en avant un recul du diesel qui ne rassemble plus que 21 % des intentions d’achat (- 3 points). En effet, si 37 % des possesseurs d’un véhicule diesel envisagent d’acheter toujours un diesel pour leur prochain véhicule, 22 % d’entre eux passeront à l’électrique (+ 9 points par rapport à 2020).

Dans le baromètre Énergies 2021, les petits rouleurs (moins de 10 000 km parcourus par an) confirment leur désir d’acheter un véhicule électrique (23 %, + 5 points). Toutefois, les motorisations essence et hybride devancent toujours avec respectivement 33 % et 31 % des intentions d’achat pour ces petits rouleurs.

À l’inverse, 41 % des grands rouleurs (plus de 20 000 km annuel) ont toujours l’intention d’acheter un véhicule diesel contre, à chaque fois, 19 % d’intention d’achat d’un véhicule : essence (+ 7 points comparé à 2020), hybride (- 5 points) ou électrique (+ 5 points).

Parmi les marques, les répondants associent encore majoritairement les constructeurs Tesla (70 %), Toyota (66 %) et Renault (37 %) aux énergies alternatives, même si Volkswagen (32 %), Volvo (23 %), Mercedes-Benz (21 %) sont en progression avec + 5 points par rapport à 2020.