Baudouin de Mégille, Veolia Environnement Gestion Automobile : « Les loueurs doivent accompagner les entreprises »

Pour Baudouin de Mégille, directeur Veolia Environnement Gestion Automobile (VEGA)  la réduction des coûts ne se limite pas aux seules négociations tarifaires mais vise au contraire une démarche beaucoup plus globale. Ainsi, l’éco-conduite ou encore l’équipement des véhicules peuvent générer des baisses des coûts, en jouant par exemple sur le levier de l’accidentologie et de la consommation de carburant.

674

Pour les gestionnaires de flottes, la réduction des coûts reste-t-elle une priorité ?

Tout à fait, mais cela ne se limite pas à négocier un loyer moins cher : il faut différencier « prix » et coût. Les déplacements professionnels sont la première cause d’accidents du travail et la réduction des coûts passe aussi par une amélioration de la sécurité. Et quelquefois, la baisse des coûts passe par une hausse du loyer, pour avoir des véhicules bien équipés et moins risqués pour les conducteurs. Une réduction apparente des coûts sera insuffisante si l’accidentologie et consommation de carburant ne sont pas prises en compte et si elle se restreint à un service achats performant. Mais il n’en faut pas moins poursuivre la négociation et profiter de toutes les opportunités de marché.

Quelles bonnes pratiques suggérez-vous ?

La définition de la car policy doit être privilégiée. C’est une vraie décision de direction d’entreprise. Que met-on dans la grille d’attribution ? Quels choix de motorisations suivre ? Descendre en motorisations a un effet sur le type de conduite et l’accidentologie. En compensation, il est possible d’accroître les équipements. Ce type de compromis donne satisfaction mais le prix n’est pas le même. C’est ce que nous avons fait chez Veolia Environnement : sur le haut de gamme, les collaborateurs sont passés de la 607 à la C5. Mais pour tous les niveaux de gammes, les véhicules ont la climatisation et le régulateur de vitesse. Autre piste, la sensibilisation et la formation des conducteurs, avec un impact sur la baisse des coûts, notamment sur en termes de consommation. Depuis des années, nous avons cherché à beaucoup réduire les budgets carburants mais le comportement des conducteurs impacte de 20 % la consommation. Ce sont donc eux la variable d’ajustement.

Quels services des loueurs utilisez-vous ?

Nous recourons à certains de leurs services (commande, financement, entretien des véhicules, mise à la route) mais tout le pilotage de la vie du contrat, les assurances et la relation avec le conducteur sont réalisés en interne. Il y a quelques années, nous avons en outre décidé de créer notre propre outil de reporting afin d’avoir une seule vision de la gestion du parc. Nous intégrons l’ensemble des données des fournisseurs pour disposer de tableaux de reporting des coûts homogènes.

Qu’attendez-vous des loueurs pour réduire les coûts ?

Qu’ils fassent porter leurs efforts sur les conducteurs, avec des services dédiés. C’est très important vu le nombre croissant de véhicules et le flot d’informations à gérer. Il y a aussi beaucoup à faire sur l’éco-conduite : il faut renouveler plusieurs fois les formations, faire des piqûres de rappel. Au début, les sessions proposées par les professionnels et les loueurs relevaient plus du stage de pilotage, sans changer les modes de conduite. Plus généralement, les loueurs doivent suivre le marché, anticiper les évolutions dans un souci de conseil aux entreprises dans la réduction des coûts.

Veolia Environnement en chiffres

• 30 000 véhicules en France dont 7 000 voitures de fonction

• Trois loueurs : ALD, GE Fleet Solutions et Overlease

PARTAGER SUR