Beltoise Evolution accompagne les flottes dans leur plan de prévention

Face au manque d’efficacité des plans de prévention des entreprises, Beltoise Evolution propose de nouveaux outils de prévention : diagnostic, actions ciblées et objectifs de réduction de la sinistralité.
896
Beltoise Evolution prévention
Photo d'illustration © Freepik

D’après Beltoise Evolution, spécialiste de la prévention du risque routier professionnel, seuls 17 % des dirigeants d’entreprise savent que le risque routier est la première cause de mortalité au travail et que leur responsabilité peut être engagée (47 %). « 59 % des entreprises interrogées ne mentionnent pas le risque routier professionnel dans leur document unique », affirme Marc Bodson, directeur général de Beltoise Évolution. Des chiffres concordants avec l’étude de l’assureur MMA sur la prévention du risque routier chez les TPE-PME.

Beltoise Evolution dénonce une « pauvreté des démarches de prévention du risque routier » au sein des entreprises (grands groupes, PME et TPE confondus) malgré « une forte attente des salariés. » D’après ses estimations, seulement 26 % des entreprises mènent des actions préventives régulières contre 34 % « rarement » et 40 % « jamais. » « Une unique journée de prévention routière dans l’année pour l’ensemble des salariés ne suffit pas », indique Marc Bodson.

Plusieurs raisons expliquent ce manque d’intérêt pour la prévention du risque routier selon Beltoise Evolution. « Le grand nombre d’interlocuteurs impliqués (direction des assurances, gestionnaire de flotte, responsable RH, charge de HSE) rend complexe le processus décisionnel et décourage souvent le porteur du projet », précise Sandra Basic, directrice commerciale de Beltoise Évolution. Les entreprises se montrent aussi « sceptiques » quant à l’efficacité des actions de prévention routière. C’est pourquoi elles mettent le sujet au second plan dans la gestion de l’entreprise après leurs préoccupations majeures : relations sociales, trésorerie, etc.

Un plan de prévention « plus efficace »…

En réponses à ces problématiques, Beltoise Evolution propose d’abord un audit de sinistralité (coût à partir de 1 000 euros mais non facturé dans le cas où l’entreprise décide de poursuivre). Pour se faire, l’organisme collecte le nombre d’accidents à partir du listing des assureurs ou des loueurs, les frais de restitutions, etc. Puis, il les analyse : calcul de la fréquence de l’accidentologie, taux de responsabilité, gravité et typologie des accidents.

Beltoise Evolution émet ensuite un diagnostic de sinistralité et exprime des recommandations d’actions ciblées en fonction des causes de sinistres identifiées. Tous ces éléments permettent à l’organisme de constituer un plan de prévention « plus efficace et une méthode pédagogique éprouvée. »

L’organisme accompagne aujourd’hui plus de 40 entreprises dans leur plan de prévention du risque routier avec des suivis réguliers (trimestriel, bilan annuel) et des actions correctrices si nécessaire.

… pour un retour sur investissement

En outre, Beltoise Evolution pointe également une « sous-estimation du coût de sinistralité lié à la flotte ainsi qu’une méconnaissance des outils de prévention par les employeurs. »

« Certaines entreprises raisonnent en termes de dépenses additionnelles et non comme un investissement susceptible de générer un retour sur investissement (ROI) », avance Sandra Basic. Or, « la prévention du risque routier doit être vu comme un réel investissement qui améliore la sécurité au volant des conducteurs, répond aux obligations légales des employeurs et génère rapidement un ROI positif », complète Marc Bodson.

Beltoise Evolution calcule le ROI par rapport au coût de son plan de prévention. « Nous prenons en compte la réduction des coûts directs et indirects de la sinistralité, des frais de restitution des véhicules et des frais de réparations des sinistres non déclarés à l’assureur car ceux-ci s’avèrent en dessous du montant de la franchise », explique Sandra Basic.

Des objectifs à tenir sous peine de pénalités

« En début de plan de prévention, nous remarquons qu’environ 20 % des conducteurs responsables des accidents sont des récidivistes. Après leur avoir fait prendre conscience de leurs erreurs, les taux de récidives diminuent rapidement, et ce d’autant plus lorsqu’on publie leurs résultats », continue Sandra Basic.

Beltoise Evolution prévention
© Beltoise Evolution

Beltoise Evolution s’engage de manière contractuelle sur l’obtention de résultats après mise en place d’un plan de prévention, généralement triennal. En cas d’échec de baisse de la sinistralité, l’organisme reçoit des pénalités à partir d’une grille établie avec ses clients. Par exemple, pour une flotte de 1 300 véhicules, plus de 300 accidentés en trois ans ont été évités grâce au plan de prévention, avec un objectif atteint de réduction de 50 % de la fréquence des accidents.