• Mots clés connexes
  • TVS

Bernadette Fornasari, Biogene Idec France :« La TVS n’est pas négative »

Office manager chez Biogen Idec France, Bernadette Fornasari gère une flotte de 43 véhicules. La filiale de ce laboratoire pharmaceutique américain compte 65 collaborateurs.

- Magazine N°123
462

« En juillet 2005, lorsque j’ai appris par la presse spécialisée que la TVS allait être modifiée, je n’ai pas eu de réactions immédiates. Je manquais d’informations sur les rejets de CO2 des différents véhicules présents sur le marché. Notre flotte est composée à 45 % de berlines, à 30 % de breaks et à 25 % de monospaces. Le panel de marques est assez large. Nous avons retenu des véhicules français et européens : Volkswagen, Volvo, Renault, Peugeot, Audi, BMW…. Pour les visiteurs médicaux, notre catalogue de véhicules compte une dizaine de berlines, cinq breaks et cinq monospaces. Nos collaborateurs peuvent choisir n’importe quel modèle. Notre politique flotte prend en compte un budget global et ce, quelle que soit la puissance fiscale et donc le montant de la TVS selon l’ancien mode de calcul. Nous avons reçu les cartes grises avec mention du rejet de CO2 au deuxième semestre 2005. Je n’ai pas vu tout de suite l’implication budgétaire. Mais comme nous ne limitons pas le choix en terme de puissance fiscale, nous ne serons pas autoritaires non plus en matière de rejet de CO2, pourvu que cela rentre dans le budget global.

En janvier, j’ai reçu d’ALD Automotive un livret où figure l’ensemble des véhicules du marché avec leur rejet de CO2 et la TVS correspondante. J’ai informé les directions générales et financières qui m’ont demandé de réaliser une étude sur l’impact de la TVS sur le coût du parc. Je l’ai menée au troisième trimestre 2006 : elle reprend l’ensemble des véhicules et compare l’ancienne et la nouvelle taxe pour chacun d’entre eux. Bilan : la nouvelle TVS n’est pas très négative pour nous. La majorité de nos véhicules sont neufs donc les émissions de CO2 ne sont pas élevées. Beaucoup de nos véhicules restent en deçà du seuil de 160 grammes de CO2 par kilomètre. Bien sûr, pour le haut de gamme, la TVS est plus élevée. Mais nous n’avons pas modifié notre car policy pour autant. Sur le budget global de ce type de véhicule, la TVS n’est pas disqualifiante. Plus généralement, sur le plan écologique, cette mesure va dans le bon sens. »