La fusion : un levier d’ optimisation ?

Bernard Roland, PDG de BRC :« Les pratiques salariales derrière la politique flotte »

Bernard Roland dirige BRC, cabinet-conseil en gestion de flotte qu’il a créé en début d’année. A travers son expérience, il décrit les questions soulevées lors de la fusion de deux flottes.

- Magazine N°120
460

«Lorsque deux parcs fusionnent, il est difficile d’harmoniser la politique flotte sur celle qui est la moins favorable pour les collaborateurs. Les syndicats agissent pour que la politique flotte soit alignée vers le haut. Derrière ce problème de la politique flotte se pose la question des pratiques salariales.

Autre point, si les deux flottes sont en location longue durée, il va falloir choisir le ou les loueurs qui vont obtenir la nouvelle flotte. En général, un loueur est éliminé. L’entreprise harmonise les contrats avec les fournisseurs. Les contrats des différents loueurs sont étudiés à la loupe. Si les contrats signés entre l’entreprise qui rachète et son ou ses loueurs sont les meilleurs, ils sont conservés. Si c’est celle qui est rachetée qui a négocié les meilleurs contrats, ces pratiques sont reprises pour rédiger un nouveau cahier des charges qui donne lieu à un appel d’offres. S’il existe un loueur atypique, fruit de l’histoire de l’une des deux entreprises, il est remis en cause. Quoi qu’il en soit, la bonne idée est de conserver plusieurs loueurs pour faire jouer la concurrence. Une fois que la question des loueurs est réglée, une fois que la politique flotte est arrêtée, il s’agit de centraliser la gestion de la nouvelle flotte. S’il existait une équipe au sein des deux entreprises, la nouvelle équipe va être transférée chez l’acquéreur. En général, les entreprises réalisent des gains de productivité au passage en supprimant des postes. »

La fusion : un levier d’ optimisation ?