Berto : la stratégie Flexy Green pour verdir la flotte

Berto déploie sa stratégie Flexi Green pour verdir sa flotte et répondre aux attentes des clients. Résultats : mixité énergétique, polyvalence des salariés, soutien bancaire et tarifs révisables.
791
Berto Flexi Green flotte
Loueur de véhicule avec conducteur, le groupe Berto détient 3 500 véhicules, dont 95 % de plus de 3,5 tonnes.

Spécialiste de la location de véhicules avec conducteur, le groupe Berto construit la transition énergétique de sa flotte avec sa stratégie Flexy Green. En effet, la RSE occupe une importance de plus en plus grande dans les objectifs de ses sociétés clientes. Et puisque la location implique l’aval du client sur le choix du véhicule et de son énergie, le verdissement des flottes pour les loueurs devient nécessaire. Raison pour laquelle le groupe Berto déploie sa stratégie Flexy Green.

La flotte du groupe Berto compte 3 500 véhicules moteurs, dont 95 % font plus de 3,5 t et deux tiers sont des porteurs. De marques Renault Trucks, Mercedes Benz ou Scania, ces véhicules sont carrossés en plateau-grue, porteur plateau, camion-citerne et fourgon sec ou frigorifique. Ils livrent de la ferraille ou des produits industriels pour le négoce de matériaux, du gaz en citerne ou en bonbonnes, des produits agroalimentaires pour les restaurants, les écoles et les hôpitaux et de la blanchisserie de santé.

Le transport de gaz en citerne ou bonbonnes fait partie des activités urbaines du Groupe Berto.

Berto : avec Flexy Green, une flotte à 33 % de camions verts en 2025

« Offre commerciale adaptée et cocréée avec les clients pour répondre aux contraintes des ZFE-m », Flexy Green s’est imposée avec la transition énergétique, explique Raphaël Ferranti. Directeur produit et achats véhicules industriels du groupe Berto, il relate la genèse de ce projet. « Notre objectif est d’avoir un tiers des camions qui roulent aux énergies alternatives d’ici 2025, confie-t-il. Nous utilisons des Iveco au GNC pour le négoce de matériaux depuis 2012 et notre flotte en compte déjà 100 exemplaires. Nous avons aussi commandé des poids lourds au B100. »

Plateau-grue compatible B100, présenté lors des journées clients du Flexy Green Tour.

Plusieurs facteurs ont cependant poussé le loueur à « accélérer » le renouvellement de la flotte pour « disposer de toutes les énergies possibles ». Comme le détaille Raphaël Ferranti : « Il s’agit des tensions sur les énergies et les délais de livraison et le fait que chaque agglomération définisse le périmètre, la date d’entrée en fonction et les conditions d’accès de sa ZFE-m. »

Conséquences de cette diversification des énergies : « Nous aurons du B100 flexible ou exclusif et du XTL avec des cuves dès fin 2022, poursuit le directeur. Nous prendrons encore du GNV, mais aussi de l’électrique et des camions Euro 7. »

Le TCO des camions a changé depuis 2021

Raphaël Ferranti, directeur produit et achat véhicules industriels du groupe Berto

Les énergies présentent aussi des contraintes. En effet, bien que le GNC soit « facile d’emploi et offre une autonomie suffisante de 250 km », commente Raphaël Ferranti, il nécessite « un plein par jour ». Et comme constate ce directeur : « La productivité s’en ressent, surtout s’il y a de l’attente ou des kilomètres parasites pour faire le plein ». Par conséquent, les tournées sur un jour peuvent prendre « deux jours ou il faut utiliser un camion plus petit que l’on fait rouler davantage. »

« La fréquence des entretiens change et la conduite diffère selon les énergies, remarque encore Raphaël Ferranti. Depuis 2021, le TCO des véhicules a donc changé. » Ainsi, selon ce responsable, les tracteurs au GNL ne seraient plus rentables à partir de 120 000 km à cause de la hausse du prix du gaz. Et pour cette même raison, les porteurs 12 t au GNC deviendraient plus coûteux que ceux au gazole. « Le TCO se calcule désormais selon le produit, la ville et l’activité et il diffère entre un brasseur et un messager », précise Raphaël Ferranti.

La hausse du prix du gaz a alourdi le TCO des porteurs plateau-grue au GNC du groupe Berto.

Flexy Green calcule le TCO selon l’énergie

Dans sa démarche Flexy Green, Berto explique donc à son client les contraintes de chaque énergie et son bureau d’études bâtit une offre commerciale flexible. Cette dernière accompagnera le client dans le temps et adaptera le contrat aux véhicules à énergie alternative et à l’évolution de cette énergie.

Le groupe Berto a testé un Renault Trucks FL électrique pour valider ses avantages et ses contraintes.

« Flexy Green convient aussi bien au client qui évolue qu’au nouveau client car nous la cocréons avec lui sur l’aspect technique et commercial en fonction du TCO de l’énergie choisie, relève le directeur. Nous définissons un camion selon son prix d’achat, le prix de son énergie, sa solution de transport, sa charge utile, son autonomie, son entretien et sa valeur de revente. »

Ainsi, selon Raphaël Ferranti, de plus en plus de clients demandent plusieurs propositions afin de comparer les loyers. « Quand le client a décidé, nous achetons le véhicule et en validons le loyer », note le responsable.

Berto adapte les tarifs à l’activité

Contrepartie pour Berto : il limite certains problèmes financiers et tarifaires. « Puisque nos matériels se destinent par contrat à des clients, les banques ne nous imposent aucun frein sur les investissements ou sur la durée de location », explique Raphaël Ferranti. « D’autant que nous pouvons bénéficier d’aides de l’Etat, des régions ou des collectivités, reconnaît le directeur. Et comme nos solutions de transport sont personnalisées et contractualisées, nos clients ne les remettent pas en cause si le prix de l’énergie employée augmente. Nous modifions les tarifs de façon contractuelle. »

Partenaire de clients urbains et périurbains, le groupe Berto sait qu’il devra utiliser différentes énergies selon ses missions.

Chez Berto, une conduite rationnelle adaptée à l’énergie

La gestion financière n’est pas seule à varier dans le cadre du plan Flexy Green. En effet, la transition énergétique influe aussi, naturellement, sur l’organisation même de Berto. « Tous nos métiers sont touchés. En commençant par le service achat, puis les commerciaux, les conducteurs, les exploitants, les mécaniciens de nos ateliers intégrés et enfin les comptables qui gèrent le coût des différentes énergies », énumère Raphaël Ferranti.

Le groupe Berto forme ses conducteurs à une éco-conduite adaptée aux énergies alternatives des véhicules.

Et de conclure : « Nous avons ainsi formé et certifié nos mécaniciens à l’entretien des VI au GNC. Les véhicules électriques restent gérés pour le moment en Full Service. Les conducteurs sont formés régulièrement à la conduite rationnelle selon les énergies par un moniteur ou par le formateur dont dispose chacune de nos trente filiales. »

PARTAGER SUR