Better Place coupe le courant

Better Place, société israélienne spécialisée dans la conception de bornes de recharge pour véhicules électriques, a demandé sa liquidation judiciaire.

456

Dans un communiqué, Better Place explique cette décision par son incapacité à lever les fonds nécessaires pour poursuivre son développement, mais souligne surtout l’insuffisance de ses revenus pour couvrir ses coûts d’exploitation. Depuis sa création en 2007, l’entreprise a en effet perdu plus de 850 millions d’euros.

Une demande en liquidation judiciaire non sans conséquence pour Renault : Better Place et le constructeur avaient noué un partenariat en faveur du développement d’un réseau de stations de chargement rapide pour des batteries électriques interchangeables dont sont équipés certains modèles tels que la Fluence Z.E.

Un impact minimisé par Carlos Ghosn, interrogé ce matin lors de la remise des clés d’une Zoé à Martin Bouygues : « Je regrette que l’expérience Better Place n’ait pas marché, il s’agit évidemment d’une mauvaise nouvelle. Mais comme pour toute nouvelle technologie, certaines expériences n’aboutissent pas. Pour autant, il n’est pas question de remettre en cause le modèle du véhicule électrique. »

Le constructeur a par ailleurs précisé qu’en Israël et au Danemark, deux pays où les ventes de véhicules équipés de batteries Better Place ont été les plus significatives, son réseau continuera d’assurer le service après-vente des Fluence Z.E et de leur batterie.