Betterway veut faciliter l’application du forfait mobilités durables

La start-up Betterway propose aux entreprises une carte de paiement à distribuer aux salariés éligibles au forfait mobilités durables, afin d’en faciliter la gestion.

1355
betterway

À l’occasion d’un webinaire organisé par l’accélérateur de start-ups Via ID, la société Betterway – membre du MooveLab co-créé par Via ID et le CNPA – a présenté sa solution pour appliquer le forfait mobilités durables en entreprise. Pour rappel, cette aide facultative peut être mise en place par l’employeur pour financer les déplacements domicile-travail de ses salariés effectués avec des modes de transport durable. Elle est actuellement exonérée d’impôts dans la limite de 400 euros par an et par salarié, à condition que les salariés fournissent un justificatif de paiement ou une attestation sur l’honneur de l’utilisation effective des moyens de transports éligibles.

Selon Denis Saada, CEO et cofondateur de Betterway, il y a actuellement trois grandes méthodes pour appliquer le forfait mobilités durables : demander aux salariés une déclaration sur l’honneur, comme le prévoit la loi d’orientation des mobilités, utiliser des notes de frais ou bien recourir à un tiers afin d’utiliser une carte de paiement liée à la mobilité comme celle de Betterway.

Une carte de paiement pour contrôler et agréger les transactions

En pratique, cette dernière fonctionne sur le modèle de la carte-carburant, mais pour les autres modes de déplacement. « Nous proposons aux entreprises de créer un compte mobilité chez une banque partenaire, puis nous distribuons à chacun des salariés une carte de paiement éditée avec notre partenaire Mastercard. Celle-ci est valable chez plus de 5 000 marchands de mobilité en France, des magasins de vélos aux opérateurs de transports en commun ou de mobilité partagée », a détaillé Denis Saada.

Ce système comporterait plusieurs avantages. « Comme nous avons un mandat bancaire, nous sommes capables de suivre les transactions et de vérifier leur validité en fonction de la politique de mobilité de l’entreprise, a-t-il argué. Nous pouvons par exemple bloquer les transactions le dimanche ou nous assurer que le salarié ne dépasse pas son plafond. »

De plus, « nous agrégeons l’ensemble des transactions de manière à récupérer facilement les justificatifs et ainsi justifier auprès de l’Ursaff ou des impôts que cet argent a été versé à bon escient. » La société propose en complément de gérer le remboursement obligatoire d’une partie l’abonnement de transports en commun, non concernée par le forfait mobilités durables.

Titre-mobilité : une autre option pour appliquer le forfait mobilités durables

À terme, les entreprises devraient avoir une quatrième possibilité pour appliquer le forfait mobilités durables : le titre-mobilité, inspiré des titres-restaurant, qui devrait être opérationnel au premier semestre 2021. « Avec le titre-mobilité, l’entreprise donne de l’argent au salarié. S’il ne le dépense pas, l’argent est reversé aux bonnes œuvres de l’entreprise. Avec notre carte, l’argent appartient à l’entreprise jusqu’au moment où il est dépensé par le salarié », a toutefois pointé Denis Saada.

La solution de Betterway semble séduire les entreprises : alors que la carte est commercialisée depuis deux mois, la start-up compterait déjà une douzaine de clients de toutes tailles, dont l’assureur Allianz, la start-up Backmarket et le Groupe Pasteur mutualité. Et elle serait de plus en plus sollicitée depuis le mois de septembre par des sociétés cherchant à en savoir plus sur le forfait mobilité durables.

Un intérêt croissant pour le forfait mobilités durables

En effet, derrière le forfait, « il y a des enjeux RH et RSE, a expliqué Denis Saada. Un tiers des départs de salariés sont liés à une mauvaise expérience des trajets domicile-travail et 50 à 70 % des émissions de CO2 des entreprises sont liées aux transports. De plus, le confinement a accéléré le développement de nouvelles mobilités et l’entreprise ne peut plus s’occuper seulement des salariés venant au travail en transports en commun ou en voiture. Enfin, la mobilité est devenue un sujet obligatoire dans les négociations annuelles avec les instances représentatives du personnel. »

À noter que le forfait mobilités durables n’est pas la seule solution à disposition des entreprises : « Elles peuvent mettre en place des accords avec des opérateurs de mobilité, faire du covoiturage en interne ou encore déployer des vélos de fonction », a rappelé Denis Saada. Cependant, le forfait mobilités durables présente l’avantage de la simplicité : « Il y a un budget pour tout le monde qui permet de couvrir tous les besoins », a-t-il conclu.