Biocarburants : l’UE veut développer la filière des résidus forestiers

Dans le cadre du programme européen de recherche et d’innovation H2020, un consortium industriel piloté par l’entreprise française de biotechnologie Global Bioenergies va expérimenter la production d’essence et de kérosène à partir de résidus forestiers de bois tendre.

1678
Rewofuel
Source : Global Bioenergies

Selon Global Bioénergies, alors que les résidus forestiers représentent environ 145 millions de tonnes par an dans les pays de l’Union européenne, ceux de bois tendre sont actuellement peu valorisés. Or, ces matières premières dites « de deuxième génération » contiennent des sucres qui, « une fois rendus accessibles aux micro-organismes par des traitements physiques et enzymatiques, s’avèrent d’excellents substrats pour la fermentation », et donc pour la production de carburant, explique Global Bioenergies.

Le projet Rewofuel a donc pour objectif de mettre en œuvre et tester la chaîne de valeur permettant de produire du biocarburant à partir de ces résidus, et ce à l’échelle du mètre cube. Il réunit 11 partenaires issus de 8 États-membres.

Projet Rewofuel : une collaboration entre 11 partenaires

En pratique, l’industriel forestier estonien Graanul Invest fournira les résidus de bois tendre. Ces derniers seront convertis en sucres par hydrolyse via le procédé CelluApp breveté par le producteur suédois d’éthanol Sekab. Global Bioénergies se chargera ensuite de leur conversion en isobutène par fermentation : un procédé déjà expérimenté sur des ressources de première génération, dont le saccharose de betterave ou de glucose de blé. C’est finalement la société finlandaise Neste Engineegring Solutions qui transformera l’isobutène en carburant grâce à ses technologies Nexethers et Nexoctane.

D’autres partenaires seront chargés d’évaluer le potentiel du projet. Les spécialistes de l’ingénierie pétrolière TechnipFMC et de la bio-industrie IPSB étudieront la création d’une usine intégrant l’ensemble de la chaîne de production. Le pétrolier espagnol Repsol évaluera les applications essence tandis que le producteur néérlandais SkyNRG se concentrera sur les applications kérosène.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

13,9 millions d’euros de subvention

L’Institut de l’énergie de l’université de Linz (Autriche) évaluera quant à lui la durabilité et des bénéfices environnementaux. Enfin, le producteur suédois de revêtements routiers Peab Asfalt et le producteur français d’acides-aminés Ajinomoto Eurolysine s’intéresseront aux possibilités de valorisation d’éléments résiduels : les molécules de lignine et les protéines

L’Union européenne finance le projet Rewofuel à hauteur de 13,9 millions d’euros, pour un budget total de 19,7 millions d’euros. La subvention sera versée à l’Agence exécutive pour l’innovation et les réseaux (INEA), en charge du défi « Énergies sûres, propres et efficaces » du programme H2020, avec qui le consortium a signé un accord.