BMW i3 : première citadine premium électrique

Sur le stand de BMW, première apparition publique de la future citadine électrique (3,84 m de longueur) commercialisée début 2013. Le Concept i3, proche de la version définitive, permet de se faire une idée assez précise du futur premium électrique allemand et… on adhère immédiatement aux choix opérés tant en matière de design que pour les technologies et l’architecture de la voiture. La Nissan Leaf ou la Renault Zoé vont avoir fort à faire !

421

Ainsi, le moteur électrique ne débite pas moins de 125 kW, soit 170 ch pour un couple de 250 Nm. Les 100 km/h sont atteints en 7,9 s et la vitesse maximale s’élève à 150 km/h, sauf en mode « Eco Pro + » qui bride cette vitesse à 90 km/h et assure une autonomie de 225 km (130 à 160 km en mode normal). De belles performances qui nécessitent une batterie conséquente et forcément assez lourde, soit un poids à vide de 1 250 kg. Pour alléger au maximum la voiture, l’architecture repose sur deux modules séparés horizontalement et indépendants l’un de l’autre, à la manière d’un châssis-cadre : batterie, transmission, moteur sur une « couche », habitacle en matériaux synthétiques renforcés en fibres de carbone au-dessus (4 places et coffre de 200 l).

Mais la surprise de cette i3 présentée comme 100 % électrique, c’est qu’en se penchant sous le train arrière, on découvre avec stupeur un petit moteur essence ! BMW s’est rallié à la solution du « Range Extender », le prolongateur d’autonomie déjà adopté par General Motors sur les Opel Ampera et Chevrolet Volt. Reste donc à savoir quelle sera exactement sa fonction : maintenir la charge de la batterie et assurer le roulage comme chez l’américain, ou simplement pouvoir rallier à basse vitesse une station-service comme le précise le dossier de presse.