BMW iFactory : l’usine du futur sans CO2

BMW regroupe, sous l’appellation iFactory, l’ensemble de ses recherches et applications dans la production « propre ». L’usine hongroise de Debrecen sera cette première iFactory sans CO2.
1041
BMW iFactory

Avec son iFactory, première usine sans CO2, BMW se positionne dans une vision globale de la fabrication de la voiture électrique. Ce que les experts appellent le bilan carbone du « puits à la roue » et qui intègre tous le processus de production. Et BMW avance une date, 2025, pour la fabrication de la « Neue Klasse ». Une BMW électrique entièrement conçue pour être fabriquée sans émettre de CO2.

Un pari sur l’avenir de la Hongrie

Pour cela, une nouvelle usine est en cours de construction à Debrecen en Hongrie. « Sa centrale électrique interne produira une part importante de l’énergie. Le reste sera couvert à 100 % par des énergies renouvelables régionales », indique BMW. Dommage que le constructeur ne précise pas l’origine de l’énergie de cette centrale. En ces temps de guerre à l’Est de l’Europe, la Hongrie reste en effet très dépendante en approvisionnement énergétique décarboné ou non.

Pour mémoire, 12 % de la production d’énergie du pays est d’origine renouvelable, 40 % d’origine nucléaire (centrale de Paks) et 38 % proviennent de combustibles fossiles (23 % gaz naturel, 15 % pétrole) dont 95 % importés de Russie (sources : gouvernement français). En revanche, selon BMW, la totalité de l’énergie qui alimente l’ensemble de ses usines dans le monde provient uniquement d’énergies renouvelables. On ne connaît pas les modalités de calcul.

Des mesures ciblées

« Dans la mesure du possible (sic), les matériaux de production et les ressources seront réutilisés », poursuit BMW. Les chutes de métal et les copeaux de fraisage, par exemple, se recycleront et réutiliseront. La chaleur résiduelle du refroidissement rejoindra un circuit pour chauffer les espaces intérieurs et l’eau. Autre exemple, le procédé de peinture humide sur humide (IPP), économe en ressources. Ou encore l’utilisation du courant continu dans la fabrication des éléments de carrosserie, une première mondiale selon BMW.

Tous ces efforts combinés, ainsi que le transport des matières premières et des voitures en bout de chaîne, tout comme la logistique et la R & D, participent, selon BMW à la réduction puis à la suppression des gaz à effet de serre. Et ce, grâce à l’utilisation exclusive, d’ici 2025, de sources d’énergies revouvelables sans émissions de CO2. Il ne reste plus qu’à certifier de manière indépendante et officiellement en Europe et dans le reste du monde cet engagement « BMW iFactory ».