BMW Innovation Days : BMW se tourne vers le hi-tech

Mercredi 17 octobre, BMW France a invité plusieurs journalistes à tester les technologies déployées sur sa gamme de véhicules. Au programme : systèmes d’aide à la conduite, recharge par induction, assistant vocal ou encore motorisations électrique.

1085
BMW recharge par induction

À l’occasion des BMW Innovation Days, nous avons pu tester certaines fonctionnalités de conduite automatisée déjà proposées sur les modèles du constructeur. Nous avons effectué un essai dans un Série 6 équipée du régulateur de vitesse adaptatif et des fonctionnalités de maintien et de changement de voies sur autoroute. Ces systèmes d’assistance à la conduite donnent un bon aperçu de ce à quoi ressemblera la conduite autonome. Contrôlables depuis le volant, ils s’enclenchent facilement, même s’il n’est pas toujours aisé de déterminer sur l’interface s’ils sont actifs ou non.

Sur autoroute, le véhicule est ainsi capable de circuler en respectant une vitesse maximale déterminée par le conducteur et surtout la distance de sécurité avec le véhicule qui le précède, tout en se maintenant seul au centre de sa voie. Conformément à la législation française, une alerte sonore se déclenche lorsque le conducteur retire ses mains du volant plus de quelques secondes, mais ce dernier n’a aucune action à accomplir tant qu’il ne souhaite pas quitter l’autoroute. Si besoin, une légère pression sur le clignotant permet d’indiquer au véhicule de changer de voie, mais le système est encore peu évident à maîtriser du premier coup.

Recharge à induction : le confort a un coût

BMW a également fait la démonstration pour la première fois en France de son système de recharge par induction, commercialisé depuis cet été, pour l’instant uniquement avec la 530e. Celui-ci est proposé en location via BMW Services. Les prix ne sont pas encore communiqués, mais il faut déjà compter plus de 2 000 euros pour équiper le véhicule, dont 900 euros pour fixer la plate-forme de recharge sous le moteur et plus de 1 150 euros pour disposer de la fonction Park Assist Plus, indispensable au fonctionnement du système. Reste ensuite à débourser entre 1 500 et 2 000 euros pour brancher et installer la plaque à induction. À titre comparatif, l’installation d’une Wallbox revient à 1 200 euros.

La recharge par induction est en outre un peu moins efficace, puisque son rendement est limité à 85 %. D’une puissance de 3,2 kW, la plaque permet une recharge complète en 3 h 30, contre 3 h pour une prise classique et 1 h 20 pour une Wallbox de 7,5 kW.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Reste à attendre que l’induction soit proposée pour recharger la citadine électrique i3, plus accessible pour les flottes, et dont la version 42,2 kWh/120 Ah a été lancée au Mondial de Paris 2018. Nous avons pu l’essayer sur un parcours combinant milieux rural, autoroutier et urbain. Relativement spacieuse et confortable à conduire, elle reste surtout pertinente en ville mais peut pousser jusqu’à la campagne avec une autonomie annoncée de 360 km (NEDC corrélé).

Un Intelligent personal assistant sur la nouvelle Série 3

En revanche, nous n’avons pas pu tester l’« Intelligent personal assistant », une fonctionnalité lancée en mars 2019 sur la nouvelle Série 3. Ce dernier apprend des habitudes des différents utilisateurs, et sera également « rétrofitable » sur certains modèles. Face à la collecte de nombreuses données personnelles via ses services connectés, le constructeur a aussi lancé cet été l’application BMW Car Data pour répondre à l’obligation de portabilité des données imposée par le RGPD.  Elle permet d’extraire les archives des données récoltées sur le véhicule et de gérer les droits de partage, notamment pour les gestionnaires de flottes.

À travers ces BMW Innovation Days, le constructeur automobile allemand a surtout affirmé son ambition de se transformer en entreprise hi-tech. En témoigne notamment le rachat fin 2015 avec Daimler et Audi de la société Here technologies, spécialiste de la cartographie et de la localisation ; ou l’association au groupe Intel et à la start-up israélienne Mobileye pour déployer une flotte de 40 Série 7 autonomes. En effet, comme ses concurrents, BMW prévoit de faire évoluer ses activités d’une part vers des véhicules intelligents et personnalisés, et d’autre part vers des services de mobilité connectés. Une ambition établie en 2016 dans la stratégie du groupe, baptisée « Number One > Next » et incarnée par la future iNext de série qui sera commercialisée dès 2021.