BMW Série 1 version 2019 : petite révolution

La nouvelle BMW Série 1 adopte la plate-forme de la X1/X2 et des Mini, et passe donc à la traction ‒ première petite berline du genre pour le bavarois.

1376
BMW Série 1

Avec cette BMW Série 1 version 2019, la logique industrielle a eu raison de la dernière propulsion du segment C, celle des compactes qui représentent le plus gros des ventes de BMW en France. En réalité, aucun gestionnaire de parc et pratiquement aucun conducteur ne fait la différence entre une propulsion et une traction, traction que cette Série 1 inaugure pour sa troisième génération en reprenant l’excellente plate-forme UKL de BMW-Mini. Surtout que tous les professionnels et grands rouleurs optent souvent pour la transmission intégrale, xDrive chez BMW.

Une nouvelle plate-forme

Avec de premières livraisons fin septembre 2019, cette Série 1 ne sera disponible qu’en 5 portes dans une longueur quasiment identique à la précédente génération : 4,32 m (soit 5 mm de moins). En revanche, sa largeur augmente de 3,4 cm (à 1,80 m) et sa hauteur passe à 1,43 m (+ 13 mm). Le tout au bénéfice de l’espace à bord et avec un coffre qui gagne 20 l (380 l et jusqu’à 1 200 l), toujours grâce à cette nouvelle plate-forme.

Au lancement, trois moteurs diesel sont au programme ainsi que deux essence en boîte manuelle 6 rapports ou boîte auto (+ 2 200 euros). L’accès à la gamme se fait en 116d de 116 ch (100-110 g) à 31 750 euros TTC en Business Design (à partir de 27 150 euros en finition Série 1). Suivi du 118d de 150 ch (108-116 g) à 34 150 euros, toujours en Business Design (à partir de 30 200 euros en Série 1). Le 120d de 190 ch est le seul à proposer pour l’instant la transmission intégrale (117-124 g) et débute à 38 400 euros (pas de finition Business Design). Pour ceux qui préfèrent l’essence, le 118i est aussi au catalogue en 140 ch pour 114-129 g à 31 250 euros en Business Design, ou à partir de 27 300 euros en Série 1.

BMW Série 1