BMW Série 5 : généralisation de l’hybridation en 48 V

Le léger restylage de la BMW Série 5 à mi-parcours offre l’occasion de généraliser l’hybridation tout aussi légère des motorisations en 48 V.

984
BMW Série 5

Il faut y regarder à deux fois pour distinguer les évolutions du style de la grande berline BMW Série 5 et de sa version break Touring. Car c’est surtout sous le capot avant que l’on observe les plus grands changements. En effet, en essence comme en diesel, toute la gamme en 4 et 6-cylindres adopte l’alterno-démarreur en 48 V d’une puissance de 8 kW/11 ch. Avec à la clé une réduction de la consommation moyenne et donc des émissions de CO2.

La commercialisation débute dès ce mois de juin 2020 avec en essence la 520i de 184 ch (140-157 g, 55 700 euros TTC en Business Design). En diesel et toujours en Business Design, BMW aligne la 518d de 150 ch (124-141 g, 53 250 euros), la 520d de 190 ch (124-141 g, 56 700 euros) et la 530d de 286 ch (133-149 g, 65 550 euros). Le break Touring nécessite 2 400 euros supplémentaires.

Deux hybrides rechargeables aussi

Il faut aussi ajouter à cette nouvelle palette à hybridation légère l’arrivée fin 2020 de l’hybridation rechargeable pour la 545e xDrive sur la base du 6-cylindres en ligne 3.0 de 394 ch venu de la Série 7 (49-54 g). Cette évolution vient compléter par le haut la 530e basée sur le 4-cylindres 2.0 déjà au catalogue et qui passe pour sa part de 252 à 292 ch avec un CO2 de étalonné de 30 à 39 g (63 800 euros en Business Design, 66 450 euros en xDrive). Notez d’ailleurs que cette 530e sera aussi proposée en Touring dans quelques mois en propulsion sDrive ou xDrive.

Le précédent essai de la Série 5

PARTAGER SUR