BMW Série 5 Touring : la tradition du break

Toujours aussi traditionnelle, la déclinaison break Touring de la grande et statutaire berline Série 5 ajoute du coffre sans renier le dynamisme.

1564
BMW Série 5 Touring

À peine commercialisée, la nouvelle Série 5 se révèle déjà dans sa livrée Touring, une carrosserie présentée à Genève début mars pour une commercialisation en juin prochain. Comme à l’habitude, le break de BMW se veut d’abord élégant, pratique et dynamique – voire sportif –, quitte à ne pas offrir une capacité d’emport bien plus importante que dans sa version à malle arrière.

Régime minceur

Conçue sur la même plate-forme évidemment que cette dernière et avec 36 petits millimètres supplémentaires par rapport à la précédente génération, cette Série 5 Touring n’affiche que 570 l de volume de coffre (530 l en berline) et 1 700 l banquette arrière abattue, pour une longueur totale frisant les 5 m (4 943 mm exactement).

Le côté pratique n’est pas négligé avec une lunette arrière ouvrable, une suspension pneumatique faisant varier la hauteur de caisse pour le chargement, et une banquette fractionnable 40/20/40 et rabattable depuis le coffre. On notera surtout une charge utile nettement en hausse à 730 kg, soit 120 kg de plus qu’avec l’ancienne génération ; une augmentation due à l’utilisation de l’aluminium pour cette Série 5, étroitement dérivée de la Série 7, et qui a maigri de 100 kg.

BMW Série 5 Touring

114 g pour 190 ch

On retrouve bien entendu la gamme de motorisations et de transmissions (xDrive et boîte auto 8 rapports) de la berline avec, pour une utilisation professionnelle, la 520d Touring et son 2.0 l turbodiesel de 190 ch à 114 g de CO2 seulement ! En fonction des équipements, le grammage passe à 119 et 124 g, soit une consommation mixte de 4,3 à 4,7 l/100 km. Plus costaude, la 530d Touring avec le 6-cylindres en ligne 3.0 l turbodiesel passe à 265 ch pour 4,7 à 5,5 l, soit un CO2 de 124 à 144 g au maximum.