BMW Série 7 : luxueuse mais écolo

Après l’abandon récent du projet CS –magnifique coupé GT à même de concurrencer la Porsche Panaméra– la Série 7 redevient fièrement le vaisseau amiral de la flotte BMW, hors M3 ou M5 qui jouent dans une autre catégorie.

- Magazine N°146
431

Cette nouvelle Série 7 succède à son aînée fortement critiquée, en son temps, pour son design baroque et pour la qualité moyenne des plastiques de la planche de bord. Deux sujets qui ne fâchent plus, bien au contraire, et l’on prend place désormais à bord d’une «vraie» berline luxueuse. Pour le style, retour à la case «départ» car il ne faut pas bousculer une clientèle assez conservatrice. . . «Exit» d’ailleurs Chris Bangle, l’ancien patron du style BMW parti voler de ses propres ailes dans le design. Le saut qualitatif de l’habitacle est flagrant et pas seulement sur la qualité des plastiques. Tout y est mieux assemblé, mieux dessiné, plus ergonomique et bien plus valorisant pour les occupants. De quoi voyager en 1ère classe sans signer la classe «Business».

Tout aussi notable et emportant l’adhésion du conducteur chevronné, comme celui à la recherche du confort dynamique sans renoncer au plaisir de conduite, le nouveau châssis qui propose 5 modes de prestations des liaisons au sol, depuis la position «confort» pour une « conduite détendue » (dixit l’écran de contrôle) jusqu’à « sport + », avec déconnexion partielle de l’ESP et auto-braquage des roues arrière de +/- 3° (inversion sous 60 km/h facilitant les manœuvres). Un vrai bijou de sportivité, à condition d’anticiper avec les 2 tonnes à vide, les 5,07 m de longueur et les 2,13 m de large (avec les rétros) !

Luxueux, mais pas trop gourmand en carburant

Sous le capot, on retrouve entre autres l’incontournable six cylindres en ligne 3. 0 l turbodiesel de 245 ch et 540 Nm de couple, vu récemment dans la Série 330d dans un registre sportif. Paradoxalement, il trouve avec la 730d un terrain d’expression encore plus surprenant car, sans renoncer à son tempérament sportif, il y ajoute une allonge d’expression plus « Grand Tourisme ». Il faut dire que la boîte auto à 6 rapports offre plus de souplesse que la boîte 7 rapports de la petite 330d. Et sans faire de concession à la consommation et le niveau des émissions puisqu’elle est à tout juste 192 g/km de CO2. Enfin, au chapitre des équipements inédits, citons l’affichage tête haute qui affiche non seulement les km/h ou encore le limiteur ou le régulateur mais aussi les panneaux de limitation de vitesse avec une très bonne fiabilité. Fort utile en circulation périurbaine. Et pour les plus pointilleux sur la sécurité, une caméra infrarouge détecte la nuit les piétons à 300 m !

Notre avis

Bien

Haut niveau des prestations routières

Rapport puissance/consommation excellent

Finition haut de gamme.

A revoir

Prix élevé avec les options

Encombrement en ville.

PARTAGER SUR